Absence d’arguments au sein de « Notre Jura bernois »

La lecture du dernier « tout ménage » de Notre Jura bernois laisse perplexe. On a l'impression que rien n'a changé en 40 ans. La population n'est pas informée correctement par ce dépliant qui aligne les contre-vérités.

Contrairement à ce qui est dit, un «oui » le 24 novembre n’enclenche pas un processus irréversible. Il engage une réflexion au bout de laquelle il sera toujours possible de renoncer à la création d’un canton nouveau. Cette discussion se tiendra dans une assemblée où les gens du Sud et du Nord seront en nombre égal. Les autonomistes proposent même que la présidence de l'Assemblée constituante revienne à une personnalité du Jura bernois.

Le bilinguisme ? Il n'est pas besoin d'être un canton bilingue pour favoriser l'apprentissage des langues, sinon peu de gens parleraient une autre langue en Suisse. Le canton du Jura développe dans ses écoles une démarche de connaissances des langues exemplaire et reconnue comme telle. Il n'y a pas de raison de penser qu'un nouveau canton romand ne puisse faire de même.

On nous annonce en page 2 : « Avenir de l'hôpital… » Le lecteur aura beau chercher, il ne trouvera rien. Est-ce à dire qu'il n'y aurait pas d'avenir pour nos hôpitaux dans le canton de Berne? Nous sommes nous persuadés que les hôpitaux de Moutier et de Saint-Imier auront leur place dans le système de santé d'un nouveau canton et nous aurons l'occasion de le démontrer au cours de la campagne.

Pour conclure leur discours, les rédacteurs de « Notre Jura bernois » nous expliquent que le parler des Jurassiens du Nord n'est pas le même que celui des Jurassiens bernois. Le comité de campagne « Un Jura nouveau » est composé de gens du Sud et du Nord, et nous nous comprenons parfaitement… Il nous semble évident par contre que les différences sont « légèrement » plus importantes entre le français et le bärntütsch…

Les deux co-présidents de « Notre Jura bernois » avaient accepté de débattre avec les délégués de « Construire ensemble ». Mais leur comité leur a dit NON. Refus de la discussion et désinformation constituent la stratégie de « Notre Jura bernois ». Et si c'était cela l'information à retenir de ce message aux ménages de la région ?
 
Comité de campagne « Un Jura nouveau »
Partager
Link