Appel annexionniste à la mobilisation - Ils sont fous ces Jurassiens – (là) !

Astérix et Obélix, héros de bandes dessinées qu’on ne présente plus, s’exclament à tous moments : « Ils sont fous ces Romains ! »

A noter que nombre de Français sont persuadés que personnages et faits inventés par les auteurs facétieux d’Astérix le Gaulois ont réellement existés.

Ceci est une autre histoire mais comment s’étonner que les annexionnistes, qu’on ne présente plus, spéculent sur la crédulité pour asséner que la votation du 24 novembre n’engage à rien d’autre qu’à discuter.

Ils sont fous ces Jurassiens, plus encore qu’avant le sondage de l’Institut Démosope venu fissurer leurs certitudes, sans entamer leur morgue.

En session le 19 juin, les députés jurassiens ont « lancé un appel à la « mobilisation », a relaté la presse.

Pourquoi pas un appel à la guerre sainte ?

Venant après le manifeste ridicule à force de vantardises – il devrait s’intituler « Y en a point comme nous ! » - commis par le  Gouvernement jurassien, l’escalade est cette fois le fait des parlementaires.

On touche à l’hystérie, laquelle reste heureusement confinée aux cercles politiques qui s’imaginent impressionner la population du Jura bernois avec des inepties.

Dans un contexte où l’objectivité devrait prévaloir, que signifie concrètement « Vivre une expérience exaltante… offrir une chance inouïe aux nouvelles générations…tendre la main aux générations futures….voter « oui », c’est dire « oui » à la vie… » ?

Dans quel monde d’abstractions s’enferment ces gens pour raconter n’importe quoi ? Leur rhétorique spécieuse et l’extrême acharnement mis par les annexionnistes, autorités jurassiennes en tête, à vouloir remporter la votation du 24 novembre pour, par la suite, tirer des profits du rattachement du Jura bernois, ne s’explique que par l’état de nécessité dans lequel se trouve le canton du Jura.

Jusqu’à la fermeture des urnes, ça craint en termes de pressions exercées sur notre population. La propagande s’annonce démesurée à en juger par les recherches de fonds menées avec l’énergie du désespoir par l’appareil annexionniste.

Après le sacrifice des biens de famille, tableaux, argenterie, reliques, le racket exercé sur les partis politiques, les charités secrètes, fondra-t-on les cloches des églises pour fabriquer des canons ?

Au Parlement jurassien, la séquence lucidité est redevable à l’UDC et au PLR d’en avoir appelé à plus de modestie et d’humilité pour s’adresser au Jura bernois.

Pas sûr que cela suffise à faire comprendre au Gouvernement jurassien et aux activistes excités que leurs manœuvres d’intimidation n’aboutiront qu’à aggraver leurs déboires au soir du 24 novembre 2013.

Et à rendre plus malaisée la reconstruction de relations interjurassiennes dignes et sincères au matin du 25 novembre et après.

Force démocratique

Partager
Link