Bühler exemplaire. Vraiment ?

La dernière conférence de presse de l’UDC a donné l’occasion au contribuable M. Pierre-Alain Droz l’occasion de refaire une virginité à son meilleur ami Manfred Bühler. À en croire le chef de campagne de l’UDC, son poulain n’y serait pour rien dans l’affaire des affiches insultantes diffusées par le parti. Manfred Bühler aurait simplement fait preuve de collégialité et de responsabilité comme lorsqu’il était président de la Députation.

Cette présidence ne fut cependant pas exemplaire de ce point de vue. Lorsque le député socialiste Roberto Bernasconi informa officiellement M. le président Bühler de son intention de demander le vote séparé sur la motion Blanchard, les jeunes UDC du Jura bernois en furent immédiatement informés (avant les autres députés). Un communiqué des jeunes UDC appelant les citoyens de Malleray à ne pas élire M. Bernaconi au poste de maire fut alors aussitôt diffusé à partir de l’ordinateur du président de la Députation.

Appelé à s’expliquer, lors d’une séance extraordinaire, sur le fait que le président de la Députation profita de sa position pour informer ses amis politiques en primeur et diffuser leur communiqué de sa place de travail, M. Bühler commença par nier farouchement. Lorsqu’il comprit qu’il risquait d’être confondu, l’homme de loi avoua sa faute, s’excusa d’avoir commis quelque chose de « unschön ». Un tel comportement, ajouté à d’autres, n’est pas digne d’un homme d’État ! N’en déplaise à ses copains sulfureux de l’UDC.

Parti socialiste autonome du Jura-Sud

Partager
Link