Tentatives annexionnistes pour museler le Jura bernois - Le monde à l’envers

La votation populaire du 24 novembre à peine annoncée, les annexionnistes, gouvernement jurassien devant, ont lancé leur grande offensive de charme destinée à leurrer l’opinion. Oubliés les accents aigus du nationalisme ethnique, la suisse méprisée, les Alémaniques rabaissés, le fanatisme assumé….Place à l’endoctrinement par la séduction. La méthode s’est adaptée à l’époque.

Vous reprendrez bien un peu de dialogue, il est indolore. Sur le vif, peut-être, après….

Servi par de bons apôtres (laïques) – dont MM. Dick Marty et Andreas Gross – le prêchi-prêcha politiquement correct inaugure un nouvel épisode de débats sans issus. L’Assemblée interjurassienne (AIJ) n’a-t-elle pas déjà fait tout le tour du sujet avant de revenir au point de départ ?

On recommence l’exercice parce que c’est tellement plus beau quand c’est inutile.

Assurément moins futile que les discussions académiques promises, les critiques adressées par les annexios-séparos aux membres d’autorités ou d’organisations osant défendre le Jura bernois atteignent le comble de l’hypocrisie.

Ceux qui sont cause du nouveau grand déballage imposé à notre région se posent maintenant en pacifistes et font la leçon aux vrais démocrates. Lesquels, des décennies durant se sont efforcés de convaincre qu’une cohabitation interjurassienne amicale, chacun dans le canton de son choix, vaut mieux qu’un différend sans substance.

C’est le monde à l’envers.

Les agitateurs impénitents, tricheurs effrontés qui n’ont cessé de défier les institutions suisses, de contourner le droit, d’insulter des compatriotes, de commettre d’innombrables atteintes au patrimoine public et privé, ceux-là osent faire le procès de « l’énorme majorité de la population » qui refuse la tutelle d’une idéologie contraire à ses valeurs et aspirations.

Jusqu’au président du gouvernement jurassien lisant à la tribune du « Marché-Concours » un discours qui pourrait avoir été écrit sur un coin de table de « la Gare » à Moutier, message de bonimenteurs qui pour le coup aura touché les milliers de Suisses allemands présents à Saignelégier.

Vivement le 24 novembre, qu’on remette à leurs places démagogues, populistes et péteux !

                                                                                          Force démocratique

Partager
Link