Fausse affirmations

Dans une récente émission radio, Jean-Pierre Graber a prétendu que le vote sur le projet de constitution concernerait le Jura bernois et le canton du Jura pris en un seul bloc (une seule circonscription), prétendant que les anciens districts du sud seraient alors mis en minorité. C’est faux ! Si une Assemblée constituante est élue et fournit ses conclusions, la sanction finale sera prise séparément, le Jura bernois conservant sa pleine liberté de choix.

M. Graber poursuit sur sa lancée en affirmant, ceci étant la conséquence de cela, qu’un « OUI » pour voir n’est politiquement pas possible. C’est faux ! Le Gouvernement bernois lui-même écrit le contraire dans son message aux électrices et électeurs (page 9). Il est tout à fait permis au Jura bernois d’accepter sans engagement le dialogue portant sur la création éventuelle d’un nouveau canton.

De son côté, Francis Daetwyler voudrait faire croire que les citoyennes et citoyens du Jura bernois se prononceront sur la création d’une entité cantonale à six communes ! Le Gouvernement bernois, qui n’en est pas à une contradiction près, dit la même chose dans son message au corps électoral. Or, c’est faux ! Les constitutionnalistes consultés indiquent que l’Assemblée constituante n’est nullement tenue de donner suite aux propositions de l’AIJ.

S’agissant du statut particulier du Jura bernois, le Conseil-exécutif affirme qu’il « n’existe aucune garantie que la région bénéficie d’un tel statut au sein d’un nouveau canton. » C’est faux… et c’est vrai ! En effet, cette région a besoin d’un « statut particulier » alors qu’elle ne pèse que 5% dans un canton alémanique ; la béquille ne se justifie plus pour une région qui représenterait les 45% de la population d’un nouveau canton et en partagerait les pouvoirs souverains sur pied d’égalité !

Déposons un « OUI » perspicace et volontaire dans l’urne le 24 novembre.

Comité de campagne « Un Jura nouveau »

Partager
Link