Mépris pour le Jura bernois

Les partisans du oui le 24 novembre recommencent à souiller les murs de peinture en causant des milliers de francs de dommages, montrant ainsi leur dédain pour le Jura bernois. En outre, il faut relever les éléments suivants.

1. Certains leaders séparatistes continuent à prétendre, à moins de 3 semaines du vote, que la population n’aurait toujours pas compris l’enjeu du scrutin. Apparemment, avoir l’intention de voter non signifie aux yeux de ces personnes que l’on a pas compris le sujet !

2. Le Gouvernement jurassien veut redoubler d’efforts pour convaincre les jeunes de voter oui, comme si la jeune génération des 18-34 ans n’était pas assez adulte pour décider en connaissance de cause.

3. Le Mouvement universitaire jurassien (MUJ) a tenu des propos ahurissants après le second sondage Gassmann, en attaquant le bien-fondé des sondages en soi. Il est prétendu sans rire que les sondages altèrent le comportement des électeurs. Voilà un raisonnement universitaire bien captieux !

En clair, les forces séparatistes continuent de prendre la population du Jura bernois comme demeurée puisqu’elle n’envisage visiblement pas de voter dans le sens autonomiste. Dans un effort désespéré, on voit même le mouvement Un Jura Nouveau tenter d’acheter des votes en offrant des tablettes IPAD sur Facebook ! La palme du mépris revient toutefois au Mouvement autonomiste jurassien, dont le secrétaire a déclaré à la Télévision RTS que seul un oui résoudrait la question jurassienne, et que le non la relancerait par des votes communalistes. Cela revient à mentir par omission puisque le vote communaliste est aussi possible en cas de oui. La menace de relancer la question jurassienne par le non constitue une sidérante tentative de contrainte à l’encontre des ayants droit du Jura bernois que l’UDC dénonce avec force. Choisir librement de rester dans le canton de Berne est aussi une manière de résoudre le conflit jurassien, alors tous aux urnes !

UDC Jura bernois

Partager
Link