Le piège du 23 juin

Au matin du lendemain du vote, qui de fait, créait la naissance du mini canton la gueule de bois était féroce dans le jura Bernois. Une claque salutaire qui allait nous galvaniser pour la revanche du 16 mars. Comme que comme le jura Bernois était KO debout !

Ne répétons pas cette fatale erreur… Les pronostics tout comme l’ambiance  donnaient au jura Bernois l’apparence d’une victoire certaine. Nos gens, beaucoup pour le moins,  dormaient et les rêveurs de la 3ème  force brouillaient les cartes.

La grande mobilisation n’avait pas eu lieu !

J’entends encore mon père hurler de rage au 3ème étage de la maison familiale alors que j’égrenais les résultats au fur et à mesure que la radio les diffusait sur le poste de la cuisine. Jour de tristesse, jour de malheur.

40 ans plus tard, je ne souhaite aucunement revivre ces instants de déchirure, ce fossé qui se creuse avec ma patrie Bernoise, qui brise mon cœur jurassien Bernois ! Juste pour l’idiote raison que certains ont préférés dormir…

Non, non et non ne répétons pas l’erreur passée. A nous de mobiliser, de contacter proches et amis. A nous de nous battre jusqu’aux derniers instants. C’est une question d’amour de notre jura Bernois, de notre prochain aussi. Impérativement rendons-nous aux urnes !

Plus la participation sera  grande plus la force du NON en sortira renforcée.

Un NON massif et c’est la fin de l’annexionnisme, le retour de la paix !

Votons et faisons voter NON à une aventure sans issue !

G.-A. Houriet, Caravane du jura Bernois   

Partager
Link