Les yoghurts et céréales risquent de contenir encore moins de sucre

Les yogourts et céréales contiendront encore moins de sucre

Photo: Keystone

Le petit déjeuner des Suisses sera à l'avenir moins sucré. Des représentants des producteurs, de l'industrie et de la distribution s'y sont engagés auprès du Département fédéral de l'intérieur en signant mardi à Milan un protocole d'accord portant sur quatre ans.

L'exposition universelle de Milan dont le thème est l'alimentation et l'agriculture se prêtait parfaitement à la signature d'un tel accord, a relevé le ministre de l'intérieur Alain Berset devant les médias présents au Pavillon suisse. L'arrangement servira de base à des promesses d'actions volontaires dans le cadre de l'initiative actionsanté.

L'intérêt de l'action est qu'elle dépend d'un engagement librement consenti. Un premier bilan en sera tiré d'ici deux ans, a précisé le ministre de l'intérieur. Le sucre issu des denrées alimentaires transformées ne devrait pas constituer plus de 10% de l'ensemble des calories consommées, a-t-il ajouté.

actionsanté encourage les entreprises promouvant un style de vie sain, sous l'égide des offices fédéraux de la sécurité alimentaire (OSAV) et de la santé publique (OFSP). Les signataires sont: bio-familia, Bossy Céréales, Coop, Cremo, Emmi, Migros, Molkerei Lanz, Nestlé Suisse, la société de meunerie E. Zwicky et l'entreprise Wander. Un représentant de la Fédération des industries alimentaires suisses était également présent.

L'exemple du sel

Les entreprises se sont déclarées prêtes à réexaminer les recettes de leurs yogourts et céréales de petit déjeuner. Elles définiront ensuite, avec l'OSAV, des valeurs cibles de réduction à concrétiser ces quatre prochaines années, écrit le DFI. Il s'agit d'étendre les bonnes expériences faites avec la 'Stratégie Sel', a souligné M.Berset.

Parmi les sociétés signataires, autant Migros que Nestlé Suisse indiquent à l'ats via leurs porte-parole qu'elles vont poursuivre leurs programmes de diminution de sucre touchant plusieurs aliments. Rien de nouveau donc: de nombreux produits ont été modifiés en ce sens ces dernières années.

Lutter contre les maladies

Le mémorandum se fonde sur le sixième rapport sur la nutrition en Suisse, paru en 2013. Ce document a montré une forte augmentation, ces dernières années, de la consommation de produits tout préparés et d'aliments semi-préparés. Il répond en outre à une recommandation de mars dernier de l'Organisation mondiale de la santé.

Souvent inappropriée, la composition de ces denrées alimentaires transformées contribue à une consommation d'énergie, de sel, de matières grasses et de sucre supérieure à l'apport journalier recommandé. La conséquence est une augmentation des cas d'obésité et de maladies non transmissibles comme le cancer, le diabète et toutes celles liées au système cardio-vasculaires.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.