Un juge polonais refuse l'extradition de Polanski aux USA

Un juge polonais refuse l'extradition de Polanski aux Etats-Unis

Photo: Keystone

Un juge polonais a rejeté vendredi une demande américaine d'extradition du réalisateur Roman Polanski dans une affaire de relation sexuelle avec une mineure remontant à 1977. La décision n'est pas définitive, le parquet ayant la possibilité de faire appel.

'L'extradition n'est pas recevable' a déclaré le juge Dariusz Mazur de la cour de district de Cracovie, en charge du dossier. Si la demande formulée par les Etats-Unis était acceptée, il reviendrait au ministère polonais de la Justice de décider d'une éventuelle extradition du réalisateur franco-polonais, âgé de 82 ans.

Dans les attendus du verdict, le juge Mazur s'est livré à un violent réquisitoire contre la justice américaine. Selon lui, des juges et des procureurs américains ont 'gravement violé les règles d'un fair trial (procès équitable)' dans l'affaire Polanski.

'Si la Pologne avait accepté la demande américaine d'extradition, elle aurait violé les droits de M. Polanski et du même coup, la Convention européenne des droits de l'Homme', a-t-il estimé.

Polanski 'très heureux'

Le réalisateur était présent à Cracovie. 'Je suis évidemment très heureux que cette procédure touche à sa fin. Cela m'a coûté beaucoup d'efforts, de problèmes pour ma santé et aussi pour ma famille', a déclaré Roman Polanski au cours d'une conférence de presse après l'annonce du verdict.

Aucune mesure préventive n'a été prise en Pologne contre Roman Polanski. Il reste entièrement libre de ses mouvements.

Les services du procureur de Los Angeles ont de leur côté fait savoir que leur position restait 'inchangée', sans autre commentaire.

Le bureau du procureur du comté de Los Angeles insiste depuis longtemps sur le fait qu'à ses yeux, Roman Polanski est un fugitif et qu'il reste sous la menace d'une arrestation immédiate aux Etats-Unis parce qu'il s'est enfui avant d'être jugé définitivement. Il estime que l'affaire ne peut être résolue qu'avec un retour du cinéaste devant la justice californienne.

En prison 42 jours

Le cinéaste avait reconnu en 1977 avoir eu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans lors d'une séance de prises de vues à Los Angeles. Il avait passé 42 jours en prison avant d'être remis en liberté dans l'attente d'un jugement définitif.

Il a quitté les Etats-Unis l'année suivante, redoutant que le magistrat chargé du dossier ne revienne sur l'accord passé à l'époque et ne le condamne à plusieurs années de prison.

En 2009, il a été arrêté à Zurich sur mandat d'arrêt des Etats-Unis et placé en résidence surveillée. Il a été libéré l'année suivante après la décision des autorités helvétiques de ne pas l'extrader.

Les Etats-Unis ont ensuite demandé son arrestation à la Pologne après une apparition du réalisateur à Varsovie en 2014.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.