Séoul et Tokyo demandent à Pyongyang de renoncer à une opération

Séoul et Tokyo demandent à Pyongyang de renoncer à une opération

Photo: Keystone

La Corée du Sud et le Japon ont demandé mercredi à la Corée du Nord de ne pas procéder au lancement d'un satellite qu'elle a annoncé pour la période du 8 au 25 février. Les autorités de Séoul ont affirmé que Pyongyang paierait le 'prix fort' dans le cas contraire.

La Corée du Sud estime que le projet de lancement de satellite serait en fait un tir expérimental de missile de longue portée. La Corée du Nord doit immédiatement renoncer à ce projet, qui viole les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies, a déclaré la présidence sud-coréenne.

A Tokyo, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a estimé que le projet de lancement nord-coréen représentait une grave menace pour la sécurité de l'archipel et a demandé à Pyongyang d'y renoncer. Il a évoqué devant le parlement une 'provocation sérieuse', arguant que 'si la Corée du Nord s'obstinait à effectuer ce tir, ce serait une claire violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU'.

La Corée du Nord a fait savoir à l'Organisation maritime internationale (OMI) qu'elle comptait lancer un satellite dans l'espace entre le 8 et le 25 février.

Sanctions en question

En 2012, la Corée du Nord avait procédé au tir d'un missile à longue portée. Elle pourrait aujourd'hui se préparer pour un nouveau tir d'essai, estiment des responsables américains sur la base d'observations satellitaires.

Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies discutent en ce moment d'éventuelles sanctions contre Pyongyang, qui a effectué un essai nucléaire au début du mois de janvier en violation des résolutions de l'ONU.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.