Accord à Berlin sur le retrait des armes dans l'est ukrainien

Ukraine - Six soldats tués dans l'Est, inquiétude des médiateurs

Photo: Keystone

Six soldats ukrainiens ont été tués et un journaliste blessé mardi dans l'est séparatiste prorusse de l'Ukraine. Cette région connaît un regain de tension deux mois après l'entrée en vigueur d'une nouvelle trêve, provoquant l'inquiétude des médiateurs internationaux.

Donnant mardi soir le coup d'envoi d'une réunion des chefs des diplomaties du G7 à Lübeck (nord), le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier espère y conforter de récents progrès en Ukraine.

M. Steinmeier s'est félicité devant des journalistes du 'résultat tout à fait encourageant' enregistré selon lui au cours d'une longue réunion avec ses homologues du format dit Normandie (Allemagne, France, Russie, Ukraine) lundi soir à Berlin.

La réunion s'est soldée notamment par un appel à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, où les combats entre l'armée et les rebelles prorusses ont fait plus de 6000 morts en un an.

Le risque de nouvelles entorses au cessez-le-feu conclu en février dernier à Minsk va être réduit grâce au 'retrait de nouvelles catégories d'armes de la zone de conflit', a affirmé le ministre allemand.

Il a ensuite accueilli ses homologues de cinq autres grandes puissances économiques de la planète (Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni). Un sixième, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, est attendu seulement mercredi.

Le G8, qui incluait la Russie, s'est transformé en G7 depuis l'exclusion de ce pays, consécutive à l'annexion de la Crimée l'an dernier.

Transport d'équipement militaire russe

Faisant référence au regain de tension sur le terrain, le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenk avait plus tôt déclaré: 'La situation reste instable et les provocations armées de l'ennemi se poursuivent quasiment de tous les côtés'. Il a précisé qu'outre les six militaires tués, douze soldats avaient été blessés au cours des dernières 24 heures.

Selon M. Lyssenko, les rebelles prorusses ont tiré sur les soldats ukrainiens à 16 reprises au mortier de 120 millimètres, à deux reprises avec des canons de 122 mm, et à trois reprises avec des chars. Le survol de huit drones ennemis a également été relevé.

Il a précisé que les points les plus chauds se trouvaient notamment à Piski et à Avdiïvka, des localités sous contrôle ukrainien situées près de l'aéroport de Donetsk, aux mains des insurgés depuis janvier. Le village de Chirokiné, à 10 km de Marioupol, dernière grande ville de l'est rebelle sous contrôle de Kiev, reste également un point chaud.

L'administration régionale du Donetsk, progouvernementale, a dit avoir repéré 30 à 40 véhicules transportant 'de l'équipement militaire russe' et roulant en direction de Popasna, une ville sur la ligne de front à l'ouest de Louhansk.

La chaîne de télévision russe Zvezda, contrôlée par le ministère russe de la Défense, a annoncé qu'un de ses journalistes y avait été blessé mardi, après avoir marché sur une mine artisanale. L'incident s'est produit au moment où l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) effectuait une mission de surveillance dans le village, a ajouté cette même source.

Navires de guerre russes dans la Manche

Le ministère britannique de la Défense a pour sa part annoncé mardi que la marine royale surveillait étroitement le passage de trois navires de guerre russes dans la Manche, une présence devenue fréquente ces derniers mois.

Sur son compte Twitter officiel, le ministère a mentionné la présence du 'destroyer Severomorsk de la classe Oudaloï, remontant à partir de la Méditerranée avec un pétrolier et un navire de soutien'. Le ministère russe de la Défense a précisé à Moscou que les navires étaient en route vers l'Atlantique nord pour participer à des exercices de défense.

Berne bloque des avoirs

Loin du front, la Suisse a annoncé avoir bloqué des avoirs d'un haut responsable de l'ancien régime ukrainien de Viktor Ianoukovitch. L'Office fédéral de la justice (OFJ), qui a accédé à une demande d'entraide judiciaire de Kiev, affirme ne pas connaître les montants saisis.

Des documents bancaires ont également été épinglés. Les avoirs bloqués constituent une partie de la somme que le Conseil fédéral avait ordonnée de saisir préventivement le 28 février 2014, a indiqué mardi l'OFJ à l'ats, confirmant une information du quotidien alémanique 'Neue Zürcher Zeitung'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.