Attentat à la bombe à Maiduguri au Nigeria: au moins 50 morts

Nouvel attentat meurtrier sur un marché du nord-est du Nigeria

Photo: Keystone

Un attentat-suicide a fait de nombreux morts mardi un marché aux bestiaux de la grande ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. Ce secteur est un territoire où opèrent les islamistes de la secte Boko Haram.

La bombe dissimulée sous l'étal d'un boucher a explosé vers 13h00, au moment où les marchands s'apprêtaient à plier bagage pour la journée. 'Le kamikaze a choisi l'endroit le plus fréquenté du marché pour déclencher ses explosifs', a déclaré un milicien, Shettima Bulama.

Le porte-parole de la Croix-Rouge nigériane, Umar Sadiq, a déclaré dans un SMS à l'AFP qu'il y avait 'treize morts' et que '24 blessés' avaient été transportés dans deux hôpitaux de la ville, capitale de l'Etat de Borno.

Mais l'agence Reuters, qui citait des sources hospitalières et des témoins, a fait état d'au moins cinquante tués. Un ambulancier a notamment déclaré que 31 corps calcinés avaient été évacués vers l'hôpital universitaire de Maiduguri et que plusieurs personnes souffraient de blessures graves.

Attentat non revendiqué

Cet attentat, qui n'a pas été revendiqué, intervient après deux attaques portant la marque de Boko Haram qui ont provoqué la mort d'une trentaine de personnes au cours du week-end.

Maiduguri, fief historique de Boko Haram - le mouvement est né là au début des années 2000 -, avait déjà été visée par des tirs de roquettes dans la nuit de lundi à mardi, ainsi que samedi.

Boko Haram semble renouer avec une stratégie de guérilla depuis que le groupe djihadiste a perdu au cours des derniers mois les territoires conquis en 2014, notamment en raison de l'intervention de soldats tchadiens et nigériens aux côtés des Nigérians. La secte conserve un dernier fief dans la forêt de Sambisa.

Nouvelle vidéo

Dans une vidéo de dix minutes mise en ligne mardi sur Youtube, des hommes disant appartenir à 'l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest' - le nouveau nom de Boko Haram - ont toutefois réfuté avoir subi des défaites contre la coalition internationale qui les combat.

On y voit un homme non identifié au visage recouvert d'un chèche déclare que malgré l'opération armée lancée en février par le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et le Niger et les récents succès annoncés par cette coalition, 'la quasi-intégralité du territoire est toujours sous (le) contrôle' du groupe islamiste.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.