Attentats: un Algérien recherché en Belgique arrêté en Italie

Les investigations suite aux attentats de mardi à Bruxelles s'étendent désormais sur plusieurs pays. Trois suspects ont été inculpés ce week-end en Belgique, dont deux pour un projet d'attentat déjoué en France. Un autre suspect a été interpellé en Italie.

Les enquêteurs s'orientent vers un lien entre les attentats de Bruxelles et ceux du 13 novembre à Paris. La traque pour démanteler le réseau djihadiste a enregistré une avancée samedi avec l'inculpation d'un suspect en lien avec les tueries bruxelloises.

Il pourrait s'agir du troisième homme de l'attaque contre l'aéroport de la capitale belge. Il a été repéré près des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles grâce à des images de vidéosurveillance.

Cet homme, que le parquet identifie comme étant Fayçal C., a été notamment inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste. Aucune arme ni aucun explosif n'ont été retrouvés lors de la perquisition menée à son domicile.

Les attentats de Bruxelles, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont tué 31 personnes, dont les trois kamikazes, et ont fait 270 blessés. Les kamikazes sont étroitement liés aux commandos des attentats parisiens de novembre, selon les enquêteurs.

Faux papiers

La justice belge a aussi inculpé deux suspects interpellés vendredi à Bruxelles dans l'enquête sur un projet d'attentat déjoué jeudi en France. Ces hommes, Rabah N. et Abderamane A. ont aussi été inculpés de 'participation aux activités d'un groupe terroriste'. Le parquet n'a pas souhaité préciser l'identité complète des trois individus.

De son côté, la police antiterroriste italienne a arrêté un Algérien près de Salerne, dans le sud du pays. L'homme est soupçonné d'avoir fourni de faux papiers à des djihadistes liés aux attentats de Bruxelles et de Paris. Interrogé dimanche, il a refusé de parler. Ce suspect doit être expulsé vers la Belgique début avril.

Selon le journal allemand Die Welt am Sonntag, les polices européennes sont à la recherche d'au moins huit personnes soupçonnées d'être impliquées dans les attaques de Paris et de Bruxelles. La majorité sont des ressortissants français et belges qui seraient en fuite en Europe ou se trouveraient en Syrie.

Treize perquisitions

La police belge a par ailleurs mené dimanche matin treize perquisitions antiterroristes dans deux villes belges et divers quartiers de Bruxelles. Neuf personnes ont été auditionnées et cinq ont été libérées.

Les quatre autres étaient toujours en garde à vue en fin de journée. Le parquet n'a toutefois pas précisé si ces opérations avaient un lien avec l'enquête sur les récents attentats djihadistes.

Manifestants nationalistes

Durant l'après-midi, la police antiémeute a fait usage de canons à eau pour disperser quelque 300 manifestants nationalistes à Bruxelles. Ces derniers avaient fait irruption sur la place de la Bourse, transformée en mémorial.

'On est des hooligans', 'on est chez nous', ont-ils lancé. Cette place devait accueillir dimanche les participants d'une 'marche contre la peur', annulée samedi à la demande des autorités qui avaient invoqué le niveau d'alerte terroriste encore élevé.

Le face-à-face s'est vite tendu avec les dizaines de personnes qui se relaient sur cette place pour rendre hommage aux victimes. Une dizaine de manifestants nationalistes ont été interpellés, selon la police. Le Premier ministre belge Charles Michel a 'condamné fermement ces dérapages'.

Vidéo djihadiste

Dans une vidéo diffusée ce week-end sur Internet, un membre belge de l'Etat islamique s'est adressé aux Belges depuis Raqa, bastion du groupe en Syrie.

'Vous n'avez pas tiré les leçons (des attentats) de Paris et vous continuez de combattre l'islam et les musulmans. Avec les attentats de Bruxelles, vous récoltez ce que vous avez semé', déclare en flamand cet homme, dont le nom de guerre est Abou Hanifa al Beljiki. 'Tout comme vous bombardez les musulmans avec vos F-16, nous vous combattrons.'

Message du pape

De son côté, le pape François, lors de sa bénédiction pascale, a invité les fidèles réunis place Saint-Pierre à Rome à opposer 'les armes de l'amour' au 'terrorisme, forme aveugle et atroce de violence'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.