Brésil: Rousseff passe à l'attaque avant le vote sur sa destitution

Brésil: Rousseff passe à l'attaque avant le vote sur sa destitution

Photo: Keystone

Les joutes des députés brésiliens ont repris ce samedi à 11h00 (17h00 en Suisse) pour décider du sort de leur présidente. De son côté, Dilma Rousseff est passée à l'attaque en diffusant un dur message contre 'cette aventure putschiste'.

'L'accusation contre moi en cours d'examen au Congrès national est la plus grande fraude juridique et politique dans l'histoire du pays', a affirmé la cheffe de l'Etat dans une vidéo diffusée à l'aube par son Parti des Travailleurs (PT, gauche) au pouvoir depuis 13 ans. Elle a appelé les 'Brésiliens à suivre avec attention les événements' mais 'surtout dans le calme et la paix'.

Dans une tribune publiée samedi par le quotidien Folha de S. Paulo, elle accuse directement ceux qui conduisent la procédure de chercher à prendre le pouvoir pour échapper aux accusations de corruption qui pèsent sur eux. 'Ils veulent condamner une innocente et sauvent des corrompus', écrit Mme Rousseff, 68 ans.

'Quelle est leur légitimité?', s'interroge Mme Rousseff qui, ces derniers jours, a accusé son vice-président Michel Temer et le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, d'être 'le chef et le sous-chef' de la conspiration contre elle.

Le nom de M. Temer a été cité par des inculpés du dossier Petrobras dans de sombres histoires de ventes illégales d'éthanol, qu'il réfute. M. Cunha, un député du PMDB ultraconservateur, adepte d'une église évangélique néo-pentecôtiste, est inculpé pour 'corruption et blanchiment d'argent' dans le cadre du scandale Petrobras.

Maquillages de comptes

Dilma Rousseff, une ex-guérillera sous la dictature (1964-85) et membre du PT, est accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et début 2015, mais pas de corruption. De plus, sur les 65 membres de Commission spéciale qui a recommandé de voter 'pour l'impeachment', 36 sont inculpés ou ont déjà été condamnés.

Le compte à rebours est enclenché: plus de 200 millions de Brésiliens sont suspendus aux joutes enflammées des députés, réunis depuis vendredi pour une assemblée plénière marathon de trois jours qui ont repris ce samedi à 11h00 (17h00 en Suisse). Chaque parlementaire du pays-continent s'exprimera trois minutes à la tribune.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.