Cinq soldats et 86 islamistes tués dans des violences au Cameroun

Le Niger veut être

Photo: Keystone

Des milliers de personnes ont manifesté mardi contre Boko Haram au Niger. Le président Mahamadou Issoufou a promis que son pays serait 'le tombeau' du groupe islamiste armé. Onze personnes ont été tuées dans un nouvel attentat au Nigeria et des dizaines de djihadistes sont décédés dans des combats au Cameroun.

'On n'attaque pas le Niger impunément. Boko Haram l'a appris à ses dépens le 6 février. Ce jour là, nos forces de défense et de sécurité ont écrasé Boko Haram', a affirmé M. Issoufou sous les vivats de la foule.

Le groupe armé nigérian a ciblé pour la première fois le sud-est du Niger le 6 février, en menant des offensives contre la bourgade de Bosso et près de la capitale provinciale Diffa, deux villes situées sur la frontière avec le Nigeria.

Plus de 200 tués au Niger

L'armée nigérienne a évoqué plus de 200 tués parmi les combattants de Boko Haram, pour sept tués dans les rangs des forces de sécurité.

Plusieurs sources humanitaires ont confirmé à l'AFP des pertes très importantes du côté des assaillants, mentionnant 'des dizaines de morts'.

Selon un porte-parole des forces de l'ordre, plus de 160 personnes soupçonnées de liens avec Boko Haram ont été arrêtées depuis le 6 février et sont interrogées par la police antiterroriste au Niger. Parmi elles figure un haut responsable du groupe islamiste, suspecté d'avoir joué un rôle dans une vague d'attaques récentes à la frontière entre Niger et Nigeria.

Manifestation à Niamey

Des milliers de Nigériens ont manifesté mardi matin Niamey contre Boko Haram. Le rassemblement, débuté vers 09h30 locales et s'est achevé trois heures plus tard.

Les combattants du groupe armé nigérian n'ont 'rien d'islamique, rien de musulman', a dit le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, présent en tête du cortège.

Accrochages au Cameroun

Au Nigeria, onze personnes ont été tuées mardi après-midi dans un nouvel attentat-suicide près de Biu, dans le nord-est du pays, ont rapporté des témoins.

Selon un membre d'une milice locale d'autodéfense, l'attentat a été commis par 'trois hommes à bord d'un tricycle' en début d'après-midi dans le village de Yamarkumi, à 4 km de Biu, dans l'État de Borno.

Ils se sont fait exploser et 'ont tué onze personnes, dont un civil (d'une milice d'auto-défense) et des enfants vendeurs de rue', a dit ce témoin. Son récit a été confirmé par un habitant du village.

Des combats ont également eu lieu lundi dans l'extrême-nord du Cameroun. Cinq soldats camerounais et 86 combattants islamistes ont été tués dans cette 'série d'accrochages', selon un porte-parole du ministère de la défense.

Arrestations

Par ailleurs, 'plus de mille' combattants suspectés d'être liés à Boko Haram sont actuellement détenus à la prison de Maroua, chef-lieu de la région de l'extrême-nord, a déclaré le colonel Joseph Nouma, commandant de l'opération Alpha de lutte contre le groupe terroriste dans la région.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.