Convoi humanitaire attaqué en Syrie: Washington accuse Moscou

Convoi humanitaire attaqué en Syrie: Washington accuse Moscou

Photo: Keystone

La Maison-Blanche a affirmé mardi qu'elle tenait la Russie pour 'responsable' du bombardement lundi d'un convoi humanitaire en Syrie, qui a provoqué un tollé. Deux bombardiers russes Soukhoï Su-24 l'ont survolé au moment où il a été touché, selon Washington.

'Toutes les informations indiquent clairement qu'il s'agit d'une frappe aérienne', a déclaré Ben Rhodes, conseiller du président américain Barack Obama, soulignant que seuls les Russes ou le régime syrien pouvaient en être à l'origine. 'En tout état de cause, nous tenons le gouvernement russe pour responsable des frappes aériennes dans cette zone', a-t-il ajouté.

'Clairement, cela représente une énorme tragédie humanitaire qui doit être condamnée', a-t-il poursuivi. 'C'est un acte scandaleux', a-t-il ajouté.

Interrogé sur l'impact de ce raid sur le processus diplomatique en cours, il a estimé que cela soulevait de 'sérieuses questions', mais a refusé de 'fermer la porte' à la poursuite des discussions.

Dix-huit camions détruits

Selon un responsable américain, s'exprimant sous couvert d'anonymat, deux bombardiers russes SU-24 étaient au-dessus de la zone au moment du bombardement.

La Russie a démenti l'implication de ses avions ou de ceux du régime syrien dans l'attaque, qui a détruit 18 des 31 camions du convoi d'aide et tué au moins 20 personnes. Un général russe a même mis en doute qu'il y a eu un raid aérien. Le Kremlin a ensuite indiqué que l'armée russe 'enquêtait' sur ce qui s'était passé près d'Alep.

Le bombardement du convoi a soulevé l'indignation de la communauté internationale. Les Nations unies ont ensuite suspendu leurs opérations humanitaires.

Pour l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres et proche des rebelles, les raids ont été menés par des avions russes ou syriens.

'Ce sont des avions du régime et des Russes qui sont responsables de cette attaque', a lui aussi affirmé Riad Hidjab, le coordonnateur du haut comité des négociations (HCN) représentatif de l'opposition syrienne.

'Personne d'autre ne possède d'aviation dans cette zone. Un membre du HCN faisait partie d'un groupe chargé de la protection du convoi. Il nous a fourni des images très claires et très précises', a-t-il expliqué à Reuters en marge de l'assemblée générale de l'ONU, à New York.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.