Cortège funèbre à Copacabana après la mort d'un enfant par balle

Cortège funèbre à Copacabana après la mort d'un enfant par balle

Photo: Keystone

Une vingtaine de membres de l'ONG brésilienne 'Rio de Paix' ont marché dimanche sur la plage de Copacabana avant d'enterrer symboliquement dans le sable un cercueil blanc, selon l'AFP. Ils manifestaient leur solidarité avec la famille d'un enfant tué dans une favela.

Eduardo de Jesus Ferreira, 10 ans, a reçu une balle dans la tête jeudi devant chez lui, dans l'une des favelas d'Alemao (zone pauvre du nord de Rio), lors d'un échange de tirs entre policiers et trafiquants de drogue, selon la police. Sa famille affirme qu'il a été abattu par un policier.

Les manifestants, vêtus de noir, portaient chacun une pancarte avec le nom de l'un des 18 enfants des favelas victimes de balles perdues lors d'affrontements entre policiers et trafiquants de drogue dans les favelas, entre 2007 et 2015 (selon l'ONG). Ils ont été rejoints par quelques dizaines d'habitants de cette zone du sud touristique de Rio.

Le fondateur de l'organisation 'Rio de Paix', Antonio Carlos Costa, a expliqué à l'AFP que le but de la manifestation était 'de réveiller' la population de Rio pour qu'elle s'attaque à la cause principale de ces morts violentes : l'abîme qui sépare riches et pauvres.

Manifestation réprimée

'Quelle réponse donnera la ville de Rio, qui accueillera les Jeux olympiques de 2016, à la mort d'un enfant pauvre, victime de balles perdues? Comment espérer la pacification d'une ville si inégale?', a lancé M. Costa.

Entre mercredi et jeudi, quatre personnes sont mortes par balles, et trois ont été blessées à Rio de Janeiro. Le décès d'Eduardo a provoqué une manifestation vendredi à Alemao, réprimée à coup de gaz lacrymogènes par la police, et une nouvelle manifestation samedi, qui s'est déroulée dans le calme.

Dans un communiqué, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a exprimé sa 'solidarité' avec les parents d'Eduardo, demandant que 'les circonstances de cette mort soient éclaircies et les responsables jugés et punis'.

Dimanche, les parents du garçon se sont rendus dans leur région natale du Piaui (nord-est), où l'enfant sera inhumé, toutes les dépenses ayant été payées par le gouvernement de l'Etat de Rio.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.