Crash dans le Sinaï: l'Egypte admet qu'il s'agissait d'un attentat

Près de quatre mois après les faits, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a reconnu pour la première fois mercredi qu'un attentat était bien à l'origine du crash d'un Airbus russe dans le Sinaï le 31 octobre. Les 224 occupants de l'appareil avaient été tués.

La branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI) avait revendiqué l'attentat le jour même, assurant plus tard avoir placé une petite bombe à l'intérieur de l'appareil. Dix jours plus tard, la Russie avait reconnu qu'il s'agissait bien d'un attentat, mais Le Caire avait jusqu'ici répété que les causes du crash n'étaient pas connues.

'Est-ce qu'on en a fini avec le terrorisme ? Non, mais ce sera possible si nous nous unissons contre lui. Ceux qui ont détruit l'avion russe, que cherchaient-ils ? Ils voulaient nuire au tourisme et à nos relations avec la Russie', a déclaré M. Sissi lors d'une allocution télévisée.

Après le crash, le président russe Vladimir Poutine avait interdit jusqu'à nouvel ordre tout vol entre la Russie et l'Egypte. La Grande-Bretagne avait de son côté interdit tous ses vols à destination de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, d'où avait décollé l'avion russe, et, tout comme Moscou, fait immédiatement rapatrier tous ses ressortissants sur place.

Le tourisme, déjà profondément affecté par une vague d'attentats en Egypte, est désormais quasiment au point mort. Londres n'a pas repris à ce jour ses vols sur Charm el-Cheikh, ni Moscou à destination de toute l'Egypte.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.