Davutoglu impute l'attentat d'Ankara aux miliciens kurdes

Davutoglu impute l'attentat d'Ankara aux Kurdes qui démentent

Photo: Keystone

L'attentat à la voiture piégée qui a fait 28 morts mercredi à Ankara a été commis par un membre des YPG, les milices kurdes de Syrie, en coopération avec le PKK (séparatistes kurdes), selon le premier ministre turc Ahmet Davutoglu. Les Kurdes ont aussitôt démenti.

'A la lumières des informations que nous avons réunies, il a été clairement établi que cette attaque a été menée par les membres de l'organisation terroriste présente en Turquie (ndlr, le PKK) avec un membre des YPG venu de Syrie', a-t-il dit dans une intervention retransmise en direct à la télévision. Il s'agit d'un Syrien de 23 ans, selon le premier ministre turc. La police a déjà procédé à 14 interpellations dans le cadre de son enquête, a-t-il précisé jeudi.

'Les informations fournies par le ministère des Affaires étrangères et nos services de renseignement montrent qu'ils sont les responsables', a renchéri peu après le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de la principale formation kurde en Syrie, le Parti de l'union démocratique (PYD), a aussitôt démenti jeudi toute implication de son bras armé, les Unités de protection du peuple (YPG), dans l'attentat. 'Nous démentons tout implication dans cette attaque (...) et ces accusations sont clairement liées à la tentative d'intervenir en Syrie', a affirmé Saleh Muslim.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a lui aussi démenti, par la voix d'un de ses dirigeants, Cemil Bayik, être à l'origine de l'attentat. 'Nous ne savons pas qui l'a commis mais cela peut être une riposte aux massacres de la Turquie au Kurdistan', a dit le responsable du PKK, cité par l'agence prokurde Firat.

Nouvelle attaque

Pour Ankara, les Unités de protection du peuple (YPG), branche armée du parti kurde de l'Union démocratique (PYD), sont une organisation terroriste.

Depuis le week-end dernier, l'artillerie turque bombarde leurs positions dans le nord de la Syrie, afin notamment de les empêcher de prendre la ville d'Azaz, près de la frontière. M. Davutoglu a précisé que ces tirs de barrages se poursuivraient. Il a également déclaré que l'aviation turque avait bombardé dans la nuit de mercredi à jeudi des bases arrières du PKK dans le nord de l'Irak.

Jeudi, au moins six soldats ont été tués en matinée dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie dans une attaque attribuée par les autorités aux rebelles du PKK, selon des services de sécurité. Cette attaque a visé un convoi militaire dans la localité de Lice, dans la province de Diyarbakir, a-t-on précisé de mêmes sources.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.