Début de la convention républicaine qui doit investir Trump

Contesté, Trump promet la victoire aux républicains

Photo: Keystone

Donald Trump a promis lundi soir à Cleveland la victoire aux républicains lors de la présidentielle du 8 novembre. Il s'exprimait à l'issue d'une première journée de convention chaotique marquée par la révolte de ses opposants.

'Nous allons gagner ! Nous allons gagner !': s'en tenant à quelques mots avant son discours de jeudi, le magnat de l'immobilier a ensuite cédé la place sur scène à son épouse Melania, 'une mère fantastique, une femme incroyable, la prochaine Première dame des Etats-Unis'.

Vêtue d'une longue robe blanche, la troisième femme de l'homme d'affaires de New York a prononcé avec assurance, mais sans susciter de véritable enthousiasme, un plaidoyer appliqué en faveur de son mari, un homme 'qui fera une vraie différence'.

'Donald n'abandonne jamais (...) Il a toujours été un fantastique leader, maintenant il va travailler pour vous', a lancé cette ex-mannequin d'origine slovène, devenue américaine en 2006.

Cacophonie

Quelques heures plus tôt, une véritable cacophonie s'était emparée pendant plusieurs minutes de la salle omnisports Quicken Loans Arena. Près de 2500 délégués venus de 50 Etats y étaient rassemblés.

Sifflets, cris: les débats ont cédé la place à un concours de décibels entre partisans et opposants de l'extravagant magnat de l'immobilier.

Les délégués anti-Trump ont manifesté leur mécontentement contre l'adoption d'une motion sans vote. 'Un vote! Nous méritons d'être entendus, c'est la convention du peuple !' s'est époumonée Diana Shores, une déléguée de Virginie, debout sur une chaise avec d'autres insurgés.

Parti désuni

L'homme d'affaires de New York, qui a créé la surprise en écartant un à un ses 16 rivaux des primaires, est encore loin d'avoir gagné son pari: donner, grâce à la convention de Cleveland, l'image d'un parti rassemblé.

A Cleveland, les autorités locales et fédérales ont pris des mesures de sécurité exceptionnelles pour la convention qui doit investir Donald Trump.

De nombreuses manifestations y étaient attendues mais les premières ont rassemblé pacifiquement quelques centaines de personnes, beaucoup moins que prévu.

A l'heure du grand rassemblement républicain, la liste des absents est cependant impressionnante.

Les grands noms du parti ne participeront pas à la convention: ni les anciens présidents Bush, ni les anciens candidats du parti à la présidence John McCain et Mitt Romney ne seront là, hérissés par la personnalité de M. Trump.

En dépit des promesses du magnat de l'immobilier, les têtes d'affiche sont peu nombreuses. Et l'attention se portera principalement sur sa famille: outre sa femme, quatre de ses cinq enfants (Ivanka, Tiffany, Eric, Donald Jr) monteront tour à tour à la tribune.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.