Donald Trump veut fermer les Etats-Unis à tous les musulmans

Donald Trump veut fermer les Etats-Unis à tous les musulmans

Photo: Keystone

Donald Trump, candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, s'est dit favorable lundi à la 'fermeture totale' des Etats-Unis à tous les musulmans souhaitant entrer dans le pays. Et ce jusqu'à que le Congrès 'agisse'.

Dans un communiqué distribué à la presse, le magnat de l'immobilier assure que des sondages attestent une 'haine' des musulmans envers l'Amérique. Un sentiment qui pourrait selon lui déboucher sur de nouvelles attaques après la tuerie de San Bernardino il y a cinq jours en Californie.

'Nous devons déterminer d'où vient cette haine et pourquoi elle existe. Jusqu'à ce que nous soyons en mesure de comprendre ce problème, notre pays ne peut être victime d'horribles attaques par des gens qui ne croient qu'au djihad et n'ont aucun respect pour la vie humaine', a déclaré Donald Trump.

En soirée, la Maison Blanche a vivement dénoncé les propositions du candidat républicain, les jugeant 'contraires' aux valeurs américaines. 'Le respect de la liberté de religion est inscrit dans notre Déclaration des droits (Bill of Rights)', a affirmé sur CNN Ben Rhodes, proche conseiller du président Barack Obama.

'C'est aussi contraire à notre sécurité', a-t-il poursuivi, soulignant que les djihadistes du groupe Etat islamique cherchaient précisément à donner l'impression d'une 'guerre entre les Etats-Unis et l'islam'.

Concert de condamnations

Après les attentats du 13 novembre en France, Donald Trump avait déjà proposé de ficher tous les musulmans vivant aux Etats-Unis, une mesure comparée par ses adversaires aux fichiers de juifs établis par les nazis. Il a aussi enjoint d''éliminer toutes les familles' des djihadistes.

Ces différentes déclarations ont déclenché un concert de condamnations outrées sur Twitter. 'Donald Trump dissipe tous les doutes: il fait campagne pour la présidence en tant que fasciste démagogue', a par exemple écrit Martin O'Malley, un candidat démocrate.

Le milliardaire continue toutefois de faire la course en tête parmi les candidats à l'investiture du camp républicain, même si sa cote a fortement chuté ces derniers temps.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.