Evénements festifs à Paris pour la fin des négociations de la COP21

Evénements festifs à Paris pour la fin des négociations de la COP21

Photo: Keystone

Fresque humaine, 'ligne rouge', minute de silence: des milliers de militants écologistes ont marqué samedi à Paris la fin des négociations contre le réchauffement climatique (COP21). Ces initiatives festives et symboliques ont été très encadrées par la police.

Une grande fresque humaine a d'abord été réalisée par des activistes déployés dans les rues de la capitale. Grâce à un système de géolocalisation via leur téléphone portable, ils ont inscrit les mots Climate, Justice et Peace sur une carte interactive de Paris.

Puis une longue banderole de tissu rouge a été déployée près de l'Arc de Triomphe, à l'opposé des Champs-Elysées, tout le long de l'avenue de la Grande Armée. Quelque 3500 manifestants, selon la police, s'y étaient rassemblés dans une ambiance festive.

Cette banderole tenue à bout de bras est censée figurer une 'ligne rouge' à ne pas franchir dans les négociations sur le climat. Celles-ci se sont achevées samedi au Bourget, près de Paris, sur un projet d'accord confirmant l'objectif 'de contenir l'augmentation de la température moyenne bien en-deçà de 2 degrés' et de 's'efforcer' de la limiter à 1,5°.

A midi pile, une minute de silence en 'hommage aux victimes du réchauffement climatique' a été observée. Puis des cornes de brume ont retenti et une grande clameur a jailli de la foule.

Minute de silence

'Je suis là pour montrer que même si on n'avait pas beaucoup d'espoir sur la COP21, on continuera à se battre. Cette minute de silence pour les victimes climatiques, c'est vraiment important', a déclaré Anne-Marie, 69 ans, écharpe et parapluie rouges, qui se dit sympathisante de l'ONG française Attac.

Fanfares, déguisements, banderoles dans toutes les langues: l'ambiance était festive, malgré d'imposantes mesures de sécurité.

Alors que près de 15'000 personnes étaient attendues dans la capitale où 'l'état de la menace est très sensible' un mois après les attentats du 13 novembre, 2000 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés, a précisé le préfet de police de Paris. 'Nous serons extrêmement vigilants sur toute dérive', a-t-il prévenu.

'Souris verte'

Quelques centaines de personnes ont formé une chaîne humaine en scandant 'état d'urgence climatique' en réponse à l'état d'urgence décrété en France après les attentats du 13 novembre, lequel a sévèrement restreint les manifestations écologistes durant la COP21.

Pour Virginie, 59 ans, 'la COP21, c'était une belle idée, mais ce grand barnum a accouché d'une souris verte. Tant qu'on ne renoncera pas à l'exploitation des énergies fossiles, on n'en sortira pas.'

'Société civile vigilante'

'La société civile reste vigilante. Ce n'est pas parce que la COP est finie, que les diplomates rentrent chez eux, qu'on va arrêter de se mobiliser', assure Lucie Calvet, de l'organisation CCFD-Terre Solidaire.

'Plus que jamais, ce sont les voix des communautés déjà impactées par les effets du dérèglement climatique que les décideurs doivent écouter, et non celles des pollueurs', ajoutent ces ONG, parmi lesquelles figurent Greenpeace ou Oxfam.

www.climatejusticepeace.org

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.