Feu vert de l'UE à l'opération navale contre les trafiquants

L'UE lance une opération navale contre les migrants en Méditerranée

Photo: Keystone

L'Union européenne a mis sur pied lundi une opération navale pour 'casser' l'activité des trafiquants qui 'mènent des migrants à la mort' en Méditerranée. Elle intervient un mois après un naufrage tragique qui a sonné la mobilisation en Europe.

Cette mission sans précédent doit entraîner le déploiement de bâtiments de guerre et d'avions de surveillance des armées européennes au large de la Libye, devenue la principale plate-forme du trafic. Elle requiert un accord des Nations unies et ne doit être véritablement lancée qu'en juin.

L'opération, EU Navfor Med, a être formellement décidée lundi après-midi à Bruxelles par les 28 ministres des Affaires étrangères, après une réunion avec leurs homologues de la Défense.

Centaines de tués récents

Il faut 'lutter contre les filières qui mènent des migrants à la mort', a expliqué le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Harlem Désir. Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a par ailleurs promis 'des actions pour traquer ces gangs de criminels'.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 34'500 migrants sont arrivés en Italie depuis le début de l'année et quelque 1770 sont décédés ou ont disparu en mer, soit plus de la moitié des près de 3300 tués enregistrés en 2014.

Accusés de passivité voire d'indifférence, les dirigeants européens avaient été poussés à agir après le naufrage d'un chalutier au large de la Libye, qui a coûté la vie à 800 personnes il y a un mois.

Ils se sont entendus sur le principe d'une opération pour 'capturer et détruire les embarcations' des passeurs venant de Libye avant qu'elles ne soient utilisées. Ils ont également triplé le budget des deux missions européennes de surveillance et sauvetage en Méditerranée.

Vote attendu à l'ONU

Pour encadrer le volet militaire de leur action, les Européens veulent une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. 'Je n'ai constaté aucune résistance politique majeure', a affirmé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, qui s'est rendue à New York pour plaider sa cause.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.