Il y a de moins en moins d'eau au Proche-Orient, avertit le CICR

Il y a de moins en moins d'eau au Proche-Orient, avertit le CICR

Photo: Keystone

Les ressources en eau sont de plus en plus rares au Proche-Orient, a averti mercredi le CICR. La région est proche du point de rupture en raison des conflits qui la secouent et de la vétusté des installations.

'Les ressources s'épuisent rapidement. Les infrastructures sont endommagées dans une région déjà marquée par la pénurie. Si nous ne réagissons pas, nous allons atteindre un point de rupture', a prévenu le président du CICR Peter Maurer.

Le rapport publié à Genève par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'intitule 'Exsangue'. Le sous-titre est tout aussi éloquent: 'comment les conflits au Moyen-orient amènent la région au bord d'une catastrophe de l'eau'.

Le conflit israélo-palestinien, la guerre en Syrie avec l'afflux de réfugiés au Liban et en Jordanie, trois décennies de guerre et de sanctions en Irak, les combats au Yémen ont aggravé une situation qui a toujours été précaire.

Plusieurs facteurs se conjuguent: un climat de plus en plus sec, des systèmes de distribution endommagés par les guerres et non réparés, des attaques directes contre les installations de la part des belligérants, la contamination de l'eau faute d'usines de retraitement en état de fonctionner, et une demande en hausse, en particulier en raison du déplacement de 12 millions de Syriens.

Arme de guerre interdite

“Utiliser l’accès à l’eau comme une tactique ou une arme de guerre ou viser des installations non seulement viole les lois de la guerre, mais a des effets très nuisibles sur la vie des gens dont la santé est déjà fragile', a souligné Robert Mardini, chef des opérations du CICR pour le Moyen-Orient.

L’organisation dénonce aussi les attaques contre les stations électriques qui ont un impact sérieux sur le traitement des eaux usées, la qualité de l’eau, le fonctionnement des centres de santé.

Manque d'entretien

En raison de périodes prolongées de conflit, dans certains cas aussi à cause de sanctions internationales, ou de l'absence d'investissements, l'entretien et la réhabilitation des systèmes d'eau ont été négligés par les municipalités.

De grandes quantités d'eau sont perdues à cause des fuites. En Syrie, les autorités locales ont estimé que l’an dernier 60% de l’eau pompée a été perdue en raison de fuites dans le réseau endommagé par le conflit.

Le prix de l'eau augmente. Soit parce que les distributeurs doivent utiliser des générateurs pour compenser la faiblesse du réseau électrique, soit que les gens doivent acheter l'eau directement de privés la vendant dans des camions-citernes. Une utilisation intensive pour l'agriculture a aussi conduit à la baisse du niveau de la nappe phréatique et à des coûts de pompage plus élevés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.