Immense choc au lendemain du massacre de Garissa

Immense choc au lendemain du massacre de Garissa

Photo: Keystone

Le bilan officiel de l'attaque jeudi de l'Université kényane de Garissa a été porté vendredi soir à 148 tués, des étudiants et six membres des forces de l'ordre, selon le ministre kényan de l'Intérieur. Il a annoncé la fin des opérations sur les lieux du massacre.

Selon Joseph Nkaissery, qui s'exprimait devant la presse à Nairobi à son retour de Garissa, 142 étudiants ont été tués jeudi au cours des presque 16 heures d'attaque et de siège, ainsi que trois policiers et trois militaires. Le précédent bilan officiel faisait état de 147 morts.

'Nous avons mis fin aux opérations après avoir ratissé la totalité de l'université', a déclaré M. Nkaissery, 'tous les corps ont été retirés des lieux et transférés à Nairobi'.

'Il y avait également quatre terroristes qui ont été tués durant l'opération pour libérer les étudiants retenus en otages', a précisé le ministre.

La plus meurtrière

L'attaque, qui a duré toute la journée de jeudi, est la plus meurtrière sur le sol kényan depuis celle perpétrée par Al-Qaïda contre l'ambassade américaine en 1998 (213 morts). Le ministre kényan de l'Intérieur, Joseph Kaissery, a promis que le pays ne se laisserait pas 'intimider par les terroristes'.

Les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont pris d'assaut à l'aube jeudi le campus de l'université de Garissa (environ 150 km de la frontière somalienne), qui hébergeait des centaines d'étudiants originaires de différentes régions. L'attaque s'est terminée dans la soirée quand, dans des échanges nourris de tirs, quatre assaillants ont fait sauter leurs ceintures d'explosifs.

Détails sordides

Vendredi, des survivants ont raconté comment les shebab s'étaient amusés avec les otages, les faisant ramper dans des mares de sang ou téléphoner à leurs parents pour leur demander de réclamer un retrait des troupes kényanes de Somalie, avant de les tuer.

Des étudiants se sont barbouillés du sang de leurs amis exécutés pour passer pour morts, alors que les islamistes passaient de pièce en pièce à la recherche de personnes à abattre.

''Nous ne craignons pas la mort, cela va être de bonnes vacances de Pâques pour nous', criaient les assaillants en swahili, avant de tirer', a raconté Salias Omosa, 20 ans, un étudiant traumatisé hébergé dans un camp militaire proche de l'université.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.