Israël: inculpation de sept extrémistes juifs présumés

Israël: inculpation de sept extrémistes juifs présumés

Photo: Keystone

La justice israélienne a inculpé lundi sept jeunes juifs. Ils sont accusés d'appartenir à une cellule extrémiste qui cherchait à semer la peur en attaquant des Palestiniens de Cisjordanie occupée ainsi que leurs biens, a indiqué le ministère de la Justice.

Les sept suspects, parmi lesquels un soldat et deux mineurs, sont soupçonnés parmi différents agissements d'avoir lancé des cocktails Molotov en novembre 2015 contre une maison de village de Cisjordanie alors que les occupants dormaient. Selon la police, un des engins incendiaires avait rebondi contre une fenêtre et 'un désastre avait été miraculeusement épargné'.

Des slogans anti-arabes avaient été inscrits sur les murs de la maison ainsi que sur une autre, visée en décembre par un tir de grenade lacrymogène dans un autre village.

Les agissements perpétrés par cette cellule entre 2009 et 2013 puis au cours du deuxième semestre 2015 s'inscrivent dans une succession d'agressions et d'actes de vandalisme imputés depuis des années à des extrémistes juifs et de jeunes colons israéliens. Ceux-ci s'attaquaient à des Palestiniens, des Arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, ou même l'armée et la police israéliennes.

Cet activisme a culminé le 31 juillet 2015 dans l'incendie criminel d'une maison palestinienne de Douma, qui avait coûté la vie à un bébé de 18 mois et à ses deux parents. Depuis, les services de sécurité israéliens ont sévi contre les milieux radicaux juifs, arrêtant, inculpant ou condamnant plusieurs extrémistes. Deux jeunes Israéliens dont un mineur ont été inculpés le 3 janvier de meurtre et de complicité pour le crime de Douma.

Crainte et panique

La cellule récemment démantelée cherchait 'à semer la crainte et la panique parmi les résidents palestiniens (de Cisjordanie) tout en envoyant un message à l'opinion publique israélienne et aux forces de sécurité', a indiqué le ministère de la Justice.

Ses actes 'visaient des innocents ainsi que leurs biens uniquement en raison de leur appartenance religieuse et nationale', a-t-il dit.

Quatre des suspects sont des habitants de la colonie ultra-orthodoxe de Nahliel, près de Ramallah, un autre de la colonie de Maaleh Efraim. Les deux derniers sont de Jérusalem et de la ville israélienne de Bet Shemesh.

Ils sont également soupçonnés d'avoir roué un Palestinien de coups de bâtons, d'avoir lancé des pierres sur des voitures palestiniennes et d'en avoir incendié certaines.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.