L'artillerie turque tue cinquante-cinq membres de l'EI en Syrie

Violences à Alep malgré la trêve, 3 reporters espagnols rapatriés

Photo: Keystone

Des combats ont été signalés dimanche à Alep, où devait pourtant régner un 'régime de calme', tandis que l'armée syrienne tentait de contre-attaquer dans les environs.Trois journalistes espagnols, détenus près de dix mois par Al-Qaïda, ont eux regagné leur pays.

Alep est divisée en deux parties, l'une contrôlée par Damas, l'autre par les rebelles. Elle bénéficiait ces derniers jours d'une trêve censée l'épargner des combats jusqu'à 00h01 mardi, mais les insurgés ont fait état dimanche de bombardements de leurs positions sur la ligne de front ouest, près du quartier de Djamiyat al Zahraa.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), trois civils dont une femme et un enfant ont été tués dimanche par des tirs de roquettes du secteur rebelle sur les quartiers tenus par le régime. Quinze autres ont été blessés.

Tirs sur une clinique

L'armée de l'air syrienne a parallèlement attaqué des positions tenues près d'Alep par des combattants islamistes. Ces derniers avaient pris jeudi la localité de Khan Touman aux forces iraniennes, selon les insurgés et la presse officielle syrienne.

Depuis qu'ils sont intervenus en Syrie, la perte de Khan Touman est le revers le plus lourd infligé aux troupes de la République islamique, qui y ont perdu 13 hommes en une seule journée.

Ailleurs dans la province d'Alep, l'armée du régime a tiré dimanche sur une clinique de la localité de Kafarnaha, provoquant des dégâts dans l'établissement, selon l'Observatoire.

Al Nosra et EI se démènent

Selon un combattant du Front al Nosra, émanation syrienne d'Al-Qaïda, les djihadistes prennent désormais la direction de la ville d'Al Hader, bastion du Hezbollah, le mouvement chiite libanais qui combat au côté du régime, et des forces iraniennes.

Ailleurs en Syrie, le groupe Etat islamique (EI) cherche également à reprendre l'initiative. Il a annoncé avoir détruit un complexe gazier près de Palmyre, que l'organisation a perdue fin mars.

La Turquie aussi de la partie

Ankara serait également de la partie. Selon les agences de presse turques Dogan et Anatolie, l'artillerie turque a tué 55 membres de l'EI dans le nord de la Syrie.

Trois journalistes espagnols indépendants, détenus près de dix mois par Al-Qaïda en Syrie, ont pour leur part regagné leur pays dimanche après avoir été libérés au terme de discrètes tractations.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.