L'issue du putsch toujours incertaine au Burundi

L'issue du putsch toujours incertaine au Burundi

Photo: Keystone

Au lendemain d'une tentative de coup d'Etat au Burundi, la situation restait confuse jeudi soir. Forces putschistes et loyales au président Nkurunziza se sont affrontées pour le contrôle stratégique de la radio nationale. Le chef de l'Etat serait bloqué en Tanzanie.

Au moins trois militaires sont morts jeudi dans ces affrontements, à un kilomètre du site de la Radio et Télévision nationale burundaise (RTNB). Un blindé y était également embouti dans un caniveau et le sol était jonché de douilles, signe de la violence des combats.

Les hommes réunis derrière le général putschiste Godefroid Niymbare, ex-compagnon d'armes de Nkurunziza, ont tenté à deux reprises, en vain, de s'en prendre aux forces d'élite postées autour de ce bâtiment symbole du pouvoir. La première offensive a été lancée à l'aube, la seconde en début d'après-midi.

L'offensive de l'après-midi a duré deux bonnes heures. Les putschistes n'ont pas pu venir à bout de leurs adversaires.

La radio a aussi rediffusé un message téléphonique de Pierre Nkurunziza, bloqué en Tanzanie, largement inaudible. La voix du chef de l'Etat est reconnaissable.

Radios muettes

Le contrôle de la RTNB est crucial. D'autant que les trois principales radios privées du pays (la très populaire RPA, Radio Bonesha et Insaganiro) et la principale télévision indépendante, Télé Renaissance, qui diffusaient les messages des putschistes n'émettent plus. Elles ont été elles-mêmes attaquées, selon leurs patrons, par des forces pro-Nkurunziza.

Les radios indépendantes étaient dans le collimateur du gouvernement depuis le début des manifestations le 26 avril contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Celles-ci ont débouché sur la tentative de coup d'Etat de mercredi.

Président dans un lieu secret

Vingt-quatre heures après l'annonce de la destitution de Pierre Nkurunziza par le général Niyombare, ex-patron des services de renseignements, il était toujours impossible de dire qui détenait le pouvoir à Bujumbura.

Selon une source à la présidence tanzanienne, Pierre Nkurunziza est toujours dans un lieu tenu secret à Dar es Salaam, où il s'était rendu mercredi pour un sommet régional consacré à la crise politique burundaise déclenchée par sa candidature à la présidentielle du 26 juin.

Personnalité respectée, considéré comme un homme de dialogue, le général Niyombare est d'ailleurs, comme Pierre Nkurunziza, issu de la rébellion hutu qu'était le Cndd-FDD pendant la sanglante guerre civile (1993-2006).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.