La France à nouveau dans la rue

Loi Travail: échec de la motion de censure

Photo: Keystone

L'Assemblée a rejeté sans surprise jeudi une motion de censure de droite contre le gouvernement sur la loi Travail. Cette décision a été prise dans un climat tendu dans l'hémicycle et entre socialistes, de même que dans la rue.

Des manifestations ont eu lieu un peu partout en France, à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl. Cette cinquième journée de mobilisation contre le projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri a été moins suivie et parfois émaillée de violences.

Deux jours après le recours à l'arme constitutionnnelle du 49-3 pour forcer l'adoption du texte controversé, seuls 246 députés ont voté la motion LR-UDI, alors qu'il en aurait fallu 288 pour provoquer la chute du gouvernement.

Outre la droite, le centre et les deux élus FN, la motion a été soutenue, pour des raisons opposées, par 15 députés de gauche, principalement du Front de gauche, qui ont plaidé ne pas avoir d'autre choix pour contrer une loi de 'régression sociale' après une motion des gauches avortée (à deux signatures).

Aucun socialiste n'a apporté ses suffrages à cette initiative de l'opposition.

Pouvoir en perdition

Le projet de loi est maintenant considéré comme adopté en première lecture et poursuivra son parcours au Sénat à partir du 13 juin.

A un an de la présidentielle, les orateurs de droite, critiques d'un texte devenu au fil des 'renoncements' pas assez libéral à leurs yeux, ont surtout fait un réquisitoire du quinquennat de François Hollande, qui aura 'ruiné la France, trahi les siens'.

Christian Jacob (LR) a appelé à 'mettre fin, et vite' à 'l'aventure' d'un pouvoir 'en perdition'. 'La France se rappellera du quinquennat de François Hollande comme d'un interminable congrès du Parti socialiste', selon Philippe Vigier (UDI).

Frondeurs fustigés

Dans cette ambiance de campagne, Bruno Le Roux, chef de file PS, a dénoncé en retour 'la radicalité' des propositions LR sur le Code du travail, dont celles d'Alain Juppé, sous les protestations d'élus de droite, qu'il a qualifiés de 'gueulards'.

Déterminé à 'mettre plus encore notre pays en mouvement' mais critique des solutions de droite, Manuel Valls a fustigé les 'frondeurs' socialistes associés à la tentative de motion des gauches, prévenant qu'il ne laisserait pas 'détruire la gauche de gouvernement'.

Aussitôt après le résultat du scrutin, le numéro un du PS, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé la saisine de la Haute autorité éthique du parti concernant les 24 socialistes signataires du projet de censure du gouvernement, dont d'anciens ministres comme Benoît Hamon et Aurélie Filippetti.

Nouvelles mobilisations

Dans la rue, les opposants étaient à Paris entre 12'000 (selon la police) et 50'000 (selon la CGT). Le cortège s'est dirigé, sous haute protection des policiers et services d'ordre des syndicats, vers les Invalides, non loin de l'Assemblée, où quelques jeunes cagoulés ont lancé brièvement des projectiles sur les manifestants.

A Toulouse, de 3000 (préfecture) à 12'000 personnes (syndicats) ont défilé, tandis qu'à Grenoble, entre un millier (police) et 4000 personnes (CGT) ont manifesté, aux cris de 'P comme pourris, S comme salauds, à bas le Parti socialiste'.

Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre se sont produits à Nantes, où la manifestation a rassemblé quelque 2500 pe

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.