La nouvelle Constitution ivoirienne à l'épreuve des urnes

La nouvelle Constitution ivoirienne à l'épreuve des urnes

Photo: Keystone

Les Ivoiriens doivent se prononcer dimanche sur un projet de réforme constitutionnelle sur lequel compte le président Alassane Ouattara pour tourner la page de la guerre civile et de la crise politique (2002-2007). Mais l'opposition gronde et en appelle au boycott.

Le projet de Constitution revient sur le concept 'd'ivoirité' qui obligeait jusqu'ici les candidats à la magistrature suprême à être nés d'un père et d'une mère d'origine ivoirienne et propose la création d'une vice-présidence ainsi que d'un Sénat. Le vice-président pourrait être nommé jusqu'en 2020 et aurait alors toutes les chances de succéder à Alassane Ouattara.

Ce projet de Constitution entend également graver dans le marbre l'éducation obligatoire et l'égalité entre les femmes et les hommes.

Outre la suppression de la clause 'd'ivoirité', l'opposition conteste la création d'un Sénat dont un tiers des membres serait nommé par le chef de l'Etat. Elle reproche aussi au pouvoir d'avoir organisé le référendum avant les élections législatives de décembre.

Les opposants à Alassane Ouattara déplorent enfin que les Ivoiriens n'aient eu que deux semaines à peine pour prendre connaissance du projet de 154 pages que le parlement a approuvé le 11 octobre.

'Occasion manquée'

'Il y a une sorte de fait accompli', regrette un diplomate basé à Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire. 'On peut dire ce que l'on veut du texte, le processus aurait pu être plus transparent. C'est une occasion manquée.'

De fait, faute de véritable débat public sur le projet, les divisions nées de la guerre civile ont ressurgi à cette occasion.

'Cette Constitution concrétise la colonisation d'une grande partie de notre pays par les gens qui viennent d'ailleurs', a déclaré Innocent Anaki Kobena, ministre sous le règne de Laurent Gbagbo, l'ancien président ivoirien incarcéré depuis plusieurs années auprès de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas.

Pouvoir accru

Les organisations de défense des droits humains regardent aussi ce projet avec circonspection, notamment le fait que cette Constitution puisse à l'avenir être modifiée avec l'appui des 2/3 du parlement.

'Si un président a la majorité au parlement, il peut faire ce qu'il veut avec la Constitution. Ça, pour nous, c'est problématique', regrette Nathalie Kouakou Yao N'Guessan, présidente du bureau exécutif local d'Amnesty International.

Opposition dans la rue

Vendredi, un peu plus d'un millier de personnes ont manifesté à Abidjan à l'appel de l'opposition contre ce référendum. Un important dispositif de sécurité a été déployé au centre-ville. La police a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les opposants.

'Nous allons battre le pavé jusqu'à ce que le président Ouattara retire son projet illicite, illégal et malhonnête', a déclaré Hyacinthe Nogbou, président du Congrès panafricain des Jeunes patriotes, le parti de Charles Blé Goudé, l'ancien chef des 'Jeunes patriotes', lui aussi dans un centre de détention de la CPI.

L'opposition a appelé au boycott du référendum de dimanche, dénonçant un projet 'rétrograde, démagogique et monarchique'.

Faire fi du passé

Quelques heures plus tard, Alassane Ouattara a appelé solennellement à la radio-TV nationale ses concitoyens à 'consolider la trajectoire de paix' ébranlée par une décennie de crise politico-militaire.

'Nous sommes appelés à faire un choix qui va consolider la trajectoire de paix, de sécurité et de développement que nous avons entamée. Un choix qui va tourner définitivement la page du passé', a-t-il dit.

La 'nouvelle Constitution permettra à notre pays d'avoir des fondements solides et de demeurer en paix pendant des siècles et des siècles', a ajouté M. Ouattara pour défendre son projet. Il a appelé les Ivoiriens à se rendre 'massivement aux urnes' ce dimanche.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.