Le Parlement britannique s'apprête à voter des frappes en Syrie

EI: Cameron appelle le Parlement à soutenir ses alliés en Syrie

Photo: Keystone

Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé mercredi les députés à voter en faveur de frappes en Syrie. Il a souligné que le pays devait prendre ses responsabilités et 'répondre à l'appel' de ses alliés contre le groupe Etat islamique (EI).

'L'action que nous proposons est légale, nécessaire et (elle) est la bonne chose à faire pour la sécurité de notre pays', a déclaré M. Cameron à l'ouverture d'un débat qui doit durer une dizaine d'heures. 'Nous devons prendre nos responsabilités' et ne pas compter sur les autres pour notre sécurité, a-t-il ajouté.

'Je ne prétends pas que la réponse est facile ou que j'ignore les risques d'une intervention militaire', a fait valoir le Premier ministre conservateur. Il a toutefois estimé que le Royaume-Uni ne peut pas attendre qu'une solution politique soit en place en Syrie et que sa contribution militaire pourrait 'faire une vraie différence'.

'La menace est déjà là'

'La menace est déjà là', a encore argumenté M. Cameron dans une ambiance houleuse. Les opposants aux frappes ont réclamé ses excuses pour avoir déclaré la veille lors d'une réunion des conservateurs que les opposants aux frappes étaient des 'sympathisants terroristes'.

Ce commentaire, qualifié d''insulte désespérée' par un porte-parole du parti travailliste risque de braquer les députés du Labour, dont certains se sont pourtant rangés à l'opinion de David Cameron. Mais le chef du parti, le pacifiste Jeremy Corbyn, a décidé de ne pas imposer de consigne de vote à son parti pour éviter une rébellion ouverte de ses troupes très divisées sur la question.

Vote assuré

Le vote devrait intervenir aux alentours de 22h00 (23h00 suisses). M. Cameron, qui dispose d'une courte majorité au Parlement, est a priori assuré d'une majorité des votes. Une quarantaine de députés travaillistes ont en effet fait savoir qu'ils voteraient en faveur des frappes, tout comme les libéraux-démocrates et le DUP nord-irlandais.

Le soutien de l'opinion publique est toutefois en recul: d'après un sondage de l'institut You Gov, publié mercredi dans le Times, 48% des sondés soutiennent une intervention en Syrie, contre 59% la semaine dernière.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.