Le gigantesque incendie continue de progresser dans l'Alberta

Canada: pas de répit à Fort McMurray où les feux font rage

Photo: Keystone

Les feux continuaient jeudi à ravager des secteurs entiers de Fort McMurray. La ville canadienne a été vidée de ses habitants, tandis que les secours procédaient à des évacuations aux alentours, ajoutant des milliers de personnes sur les routes ou dans les refuges.

Pour les rescapés ou les responsables, comparant l'incendie à 'un monstre' ou 'une bête', le cauchemar n'en finissait pas et les scènes de fuite, relayées par les réseaux sociaux ou les télévisions, témoignaient de l'ampleur de la catastrophe.

Au milieu d'un rideau de fumée, les arbres sont transformés en torche de feu de 30 ou 40 mètres de hauteur sur le bord des routes et de longues files de véhicules roulent dans le même sens en occupant les deux voies de circulation.

La ville de Fort McMurray a été vidée de ses habitants depuis bientôt 48 heures. Certains quartiers ne sont plus que cendres et carcasses calcinées, selon des images partagées par des pompiers.

Les vents de nord-ouest, soufflant jusqu'à 40 km/h, ont attisé les feux de forêt et de broussailles au sud de la ville. Ils ont conduit trois autres municipalités à également procéder à des évacuations en toute urgence dans la nuit de mercredi à jeudi, comme Anzac, située à 35 kilomètres au sud. Des policiers ont même fait du porte-à-porte pour s'assurer que les habitants quittaient leur domicile.

100'000 personnes évacuées

Un peu plus tôt le gouvernement de la province de l'Alberta, grande comme seize fois la Suisse, avait décrété l'état d'urgence, ce qui lui permet de coordonner les secours avec le gouvernement fédéral pour lutter contre les incendies, mais aussi de porter assistance aux quelque 100'000 personnes évacuées.

Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé jeudi que l'Etat allait aider les sinistrés en donnant par exemple un dollar d'argent public pour tout dollar versé à la Croix-Rouge par les Canadiens.

Tout doit être mis en oeuvre et 'nous devons faire tout ce qui est humainement possible pour sauver les populations de ce danger mortel et s'assurer que la bête peut être maîtrisée aussi vite que possible', a assuré le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale à la télévision publique CBC.

Fort McMurray a déménagé

Sur la route, plus aucune chambre dans les motels et les camps de travailleurs n'était disponible alors que ces hébergements étaient à moitié vides après les licenciements massifs depuis deux ans par les compagnies pétrolières.

'Fort McMurray a été déménagé et on les a accueillis (les habitants, ndlr) dans les camps, mais maintenant nous sommes pris dans une souricière, c'est un monstre', a témoigné un travailleur du pétrole à 30 km au nord de la ville sur Radio-Canada, en expliquant que toute fuite était impossible si le feu prenait plus au nord.

Sur le front des feux, la situation est parfois hors de contrôle selon les pompiers. Ils sont 250 à se relayer et une autre centaine devait arriver dans les prochaines heures, assistés de 16 avions bombardier d'eau et de 12 hélicoptères.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.