Le virus du Zika serait d'origine asiatique, selon une étude

Le virus du Zika serait d'origine asiatique, selon une étude

Photo: Keystone

Le virus du Zika apparemment responsable de la flambée d'infections à Rio de Janeiro en 2015 serait similaire à une souche asiatique, selon une analyse génétique publiée mardi. Celle-ci aurait pu être apportée par des athlètes des îles du Pacifique fin 2014.

Des chercheurs ont examiné dix échantillons pris au hasard sur 119 personnes dont l'infection a été confirmée par des tests de laboratoire. Ils ont constaté des similarités entre la souche brésilienne du virus et un génotype asiatique.

Ils ont également pu déterminer que le virus circulait déjà en janvier 2015 à Rio. Cette observation suggère que le virus brésilien a pu être apporté à Rio pendant le sixième championnat du monde de canoë-kayak en août 2014, expliquent-ils dans leur étude publiée par la revue américaine PLOS Neglected Tropical Diseases.

Des équipes de Nouvelle-Calédonie, des Iles Cook et de Pâques ont participé à ce championnat. Le virus Zika était présent en 2014 dans ces régions.

Mais les scientifiques doivent encore établir précisément quand le virus est arrivé en Amérique latine et par quel cheminement.

D'autres origines

Selon une autre étude publiée fin mars dans la revue américaine Science, le Zika serait entré encore plus tôt sur le continent sud-américain. Elle articule les six derniers mois de 2013 et suggère qu'il aurait été amené par un seul voyageur dans un avion en provenance de Polynésie française ou d'Asie du Sud-est, selon le séquençage du génome de plusieurs virus.

Deux études précédentes avaient quant à elles daté l'arrivée du Zika à 2014, au moment de la Coupe du monde de football au Brésil. C'est dans ce pays, frappé par la plus grande épidémie du virus, que le premier cas avait été détecté en mai 2015.

Les auteurs de l'étude publiée mardi mettent également en garde contre le risque que l'épidémie de Zika s'étende encore plus pendant les jeux Olympiques de Rio cet été.

Risque

'Les services de santé publique doivent être mis en alerte du risque d'une épidémie encore plus importante pendant l'été car elle pourrait se propager à des endroits du pays pour l'instant encore épargnés et toucher une plus grande proportion de la population que durant la dernière saison de transmission', écrivent-ils.

Transmis par la piqûre des moustiques Aedes aegypti, le virus Zikaest est très fortement soupçonné d'être lié à la microcéphalie du foetus, un développement insuffisant du crâne et du cerveau, ainsi qu'au syndrome de Guillain-Barré, responsable de paralysie chez des adultes.

Les scientifiques n'ont pas encore établi le lien de manière certaine mais le nombre de cas de microcéphalie a fortement augmenté pendant l'épidémie de Zika.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.