Les forces armées irakiennes essuient de lourdes pertes à Mossoul

Les forces armées irakiennes essuient de lourdes pertes à Mossoul

Photo: Keystone

Presque 2000 membres des forces armées irakiennes ont été tués en novembre, selon la mission des Nations unies en Irak. Ce lourd bilan reflète la férocité des combats menés depuis six semaines à Mossoul contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI).

Au moins 450 soldats ont également été blessés. L'ONU ne fournit pas de bilan détaillé par région, mais le nombre de tués parmi les forces armées irakiennes est monté en flèche depuis le début, le 17 octobre, de l'offensive lancée contre le dernier grand bastion irakien de l'EI. Le chiffre de novembre est trois fois plus élevé que celui du mois précédent.

Il inclut les policiers morts au combat, les combattants kurdes (peshmergas), les forces du ministère de l'intérieur et les milices paramilitaires progouvernementales, précise l'ONU.

A Mossoul, leur dernier fief en Irak, les djihadistes offrent une résistance acharnée: attaques-suicide, camions piégés, tireurs embusqués, dissimulation d'explosifs dans les maisons et immeubles.

Des milliers de civils tués

Quelque 926 civils ont également été tués en Irak en novembre, portant à 2885 le nombre total d'Irakiens morts dans des attentats, violences et conflits armés le mois dernier, d'après l'ONU. Parmi ces civils, 332 ont été tués dans la province de Ninive (nord), dont Mossoul est la capitale.

'Le nombre de victimes est stupéfiant et compte une proportion significative de civils', a commenté l'envoyé spécial de l'ONU en Irak Jan Kubis.

Depuis le lancement de l'offensive à Mossoul, 74'000 civils ont fui les combats. Mais plus d'un million de personnes habitent toujours la grande métropole du nord de l'Irak, au péril de leur vie.

'Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) a recours aux tactiques les plus perverses, en tirant des maisons et en enlevant ou déplaçant de force des civils, dont il se sert comme boucliers humains', a dénoncé M. Kubis. L'ONU précise que les chiffres qu'elle a publiés jeudi 'doivent être considérés comme un minimum'.

Côté kurde, quelque 1600 peshmergas ont été tués depuis juin 2014 dans la lutte menée contre l'EI en Irak, a annoncé jeudi le ministère en charge de ces forces dans la région autonome du Kurdistan irakien.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.