Les polluants environnementaux tuent davantage que le tabac

Les polluants environnementaux tuent davantage que le tabac

Photo: Keystone

Green Cross et Pure Earth tirent la sonnette d'alarme: plus de 200 millions de personnes dans le monde sont menacées par les polluants toxiques dans l'environnement. Et près de 9 millions de personnes en meurent chaque année, soit plus que des effets du tabac.

Même la malaria, le Sida et les catastrophes climatiques réunis font nettement moins de victimes en une année, soulignent les deux organisations environnementales lors de la présentation mercredi de leur rapport 2016 sur les polluants toxiques.

Le constat est sans appel: le nombre d'années de vie lourdement affectées par les effets de ces polluants ne cesse d'augmenter. Le rapport 2016 fait état au total de 17,8 millions de ces années de vie, contre 14 millions en 2015. Et ce sont les pays à revenus faibles ou intermédiaires (PRFI) qui sont les plus touchés: ils centralisent 94% de ces incidences.

Green Cross Suisse et Pure Earth ont utilisé un indicateur permettant de calculer l'espérance de vie perdue (ou nombre d'années de vie perdues) soit en raison d'une mort précoce, soit d'un handicap ou d'une maladie liés aux polluants. Il s'agit du DALY (Disability Adjusted Life Years) ou espérance de vie corrigée de l'incapacité (EVCI).

Le plomb en tête de liste

Dix sources de polluants environnementaux sont responsables de 17'780'000 années de vie perdues EVCI, précisent Green Cross et Pure Earth, selon des relevés dans 49 pays. Le plomb caracole en tête des polluants dévastateurs: le recyclage inapproprié des batteries au plomb est en effet responsable de jusqu'à 4,8 millions de ces années de vie.

Pourtant, le plomb est facile à détecter et la décontamination 'ne coûte pas très cher', explique à l'ats Stephan Robinson, directeur du programme désarmement et eau chez Green Cross Suisse. Avec peu d'argent, on obtient un bon effet, soutient-il.

Après les mines (2,6 millions d'années EVCI) et les fonderies de plomb (2,5 millions), on trouve les tanneries en quatrième place de ce classement. En effet, le tannage des cuirs engendre des rejets de déchets de chrome dangereux et en grande quantité dans les eaux usées.

Nos habitudes en question

De façon générale, les polluants qui ont le plus d'effets toxiques sur les humains - 'plomb, mercure, chrome, cadmium et les pesticides' - sont liés de près ou de loin 'à notre économie journalière', rappelle M. Robinson. De même que la radioactivité, issue non seulement des sites d'extraction, mais aussi des hôpitaux et de l'industrie.

Il s'agit donc non seulement d'intervenir auprès des gouvernements et des entreprises, mais aussi de réfléchir à notre comportement de tous les jours, estime le spécialiste.

Dans les objectifs de l'ONU

M. Robinson se réjouit que la question de la pollution fasse partie des 17 Objectifs de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030. C'est 'une première', qui donne à la fois une reconnaissance à ce défi et 'des arguments face aux donateurs'.

'Il y a dix ans, c'était encore un non-sujet', explique Stephan Robinson. 'On ne connaissait pas encore, ou on n'était pas conscient, à une échelle globale, de son impact sur la santé publique.'

Engagement suisse

A noter que la Suisse a adhéré en 2015 à la Convention de Minamata sur le mercure. Berne s'est engagé à investir 7,5 millions de francs pour soutenir l'accord, principalement pour améliorer les conditions dans le secteur de l'extraction artisanale d'or.

Green Cross Suisse est active dans les programmes de désarmement et de médecine sociale. L'organisation est notamment soutenue par un groupe parlementaire formé d'une centaine d'élus tous partis confondus. Créée en 1999 sous l'appellation Blacksmith Institute, Pure Earth est une organisation à but non lucratif basée à New York, spécialisée dans la dépollution toxique.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.