Nouvel avatar au sein de la police de Chicago

Nouvel avatar au sein de la police de Chicago

Photo: Keystone

Un policier blanc de Chicago a plaidé mardi non coupable du meurtre d'un adolescent noir, criblé pourtant de 16 balles en octobre 2014. Cet acte avait aggravé les tensions communautaires et précipité l'enquête sur les failles des forces de l'ordre de la ville.

Cette comparution de Jason Van Dyke est intervenue dans un contexte très sensible dans la troisième ville des Etats-Unis, après une accumulation de critiques visant sa police, accusée d'abus et de comportements racistes. Le policier avait été inculpé le 24 novembre dernier de 'meurtre avec préméditation', une charge pénale très rare aux Etats-Unis pour un policier, et quasiment inédite à Chicago.

Quelques heures plus tard, les autorités sous pression avaient rendu publique une vidéo choquante montrant cet agent de police ouvrant froidement le feu sur l'adolescent afro-américain, âgé de 17 ans, alors que ce dernier ne présentait alors aucun danger immédiat.

L'onde de choc provoquée par cette bavure aux images devenues virales sur Internet a entraîné le renvoi du chef de la police de Chicago, Garry McCarthy. Le président Barack Obama, qui a de fortes attaches avec Chicago, s'était dit de son côté 'profondément choqué'.

Maire sur la sellette

Les autorités fédérales sont ensuite entrées en jeu, en lançant début décembre une retentissante enquête sur le Chicago Police Department (CPD), notamment sur ses recours à la force létale et les éventuelles discriminations raciales dont il se rendrait coupable.

Mais il faudra du temps pour atténuer la profonde défiance communautaire à Chicago au regard de l'actualité récente: un jeune afro-américain de 19 ans et sa voisine, mère de cinq enfants, ont été abattus samedi dernier par les forces de l'ordre appelées pour une dispute familiale, dans des circonstances encore floues.

Après cette nouvelle bavure, le maire de Chicago, Rahm Emanuel, a écourté ses vacances. L'élu démocrate, ex-chef de cabinet de Barack Obama, est sur la sellette. Il est accusé d'avoir cherché à étouffer le scandale de l'homicide d'octobre 2014 et d'avoir échoué à rapprocher les communautés dans sa ville.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.