Obama et Biden en Floride, pour apporter soutien et réconfort

Obama auprès des survivants du Pulse

Photo: Keystone

Barack Obama est arrivé jeudi à Orlando, dans le centre de la Floride, pour se rendre auprès des survivants du massacre du Pulse. Il a ainsi réendossé le costume de 'consolateur en chef' d'une nation plongée dans le traumatisme.

Une nouvelle fois, le président démocrate va aller au devant de victimes d'une tuerie de masse, cette fois la plus meurtrière du genre dans l'histoire du pays. Affirmant agir au nom de l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), Omar Mateen a tué 49 personnes et en a blessé 53 autres dans cette boîte de nuit de la communauté homosexuelle d'Orlando avant d'être abattu dimanche à l'aube par les unités d'élite des forces de police.

Vingt-trois blessés sont toujours hospitalisés, dont six dans un état critique, a précisé l'Orlando Regional Medical Center.

'Ce sera je pense un déplacement empreint d'émotion', a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest. 'Le président sait qu'il est un symbole du pays tout entier. Mais il lui serait impossible de ne pas être personnellement affecté par ce genre de rencontre', a-t-il poursuivi.

Réforme de la législation

D'après les données compilées par le site Mother Jones, quelque 29 tueries de masse, faisant quatre morts et plus, se sont produites aux Etats-Unis depuis l'entrée d'Obama à la Maison Blanche, en janvier 2009. Au total, elles ont coûté la vie à 281 personnes et fait près de 250 blessés.

Après cette tuerie, le président démocrate avait tenté de réformer la législation fédérale, avec davantage de vérification des antécédents des acheteurs d'armes et une interdiction accrue de certains types d'armes de guerre. Mais le texte avait été repoussé par le Sénat et Obama avait dénoncé le rôle exercé par la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes à feu.

Pas d'accord

Le massacre d'Orlando a toutefois obligé une nouvelle fois le Congrès à se saisir de la question. A l'issue de débats-marathons mercredi, qui se sont prolongés dans la nuit de jeudi, un sénateur démocrate a annoncé que les républicains avaient accepté le principe d'un vote sur des mesures renforçant les contrôles d'antécédents et empêchant la vente d'armes à feu aux personnes figurant sur une liste pour terrorisme.

Aucun accord formel entre les deux partis n'a toutefois été annoncé et on ignore quand ces votes auront lieu, ni sur quel texte. Il pourrait s'agir d'amendements sur les lois de financement des départements de la Justice et du Commerce.

Les républicains, qui ont une majorité de 54 sièges sur 100 au Sénat, bloquent depuis des années toute initiative démocrate sur le contrôle renforcé des armes à feu en invoquant le droit de posséder une arme que garantit la Constitution américaine.

Facilité d'accès

La tuerie d'Orlando, en pleine campagne électorale, a inévitablement relancé le débat sur les armes à feu.

L'enquête a révélé qu'Omar Mateen, alors même qu'il avait été l'objet d'enquêtes du FBI pour des liens potentiels avec des groupes islamistes armés, avait pu se procurer un fusil d'assaut.

Le massacre, a déclaré Obama, rappelle une fois de plus 'combien il est facile pour quelqu'un de mettre la main sur une arme qui lui permet de tuer des gens dans une école ou dans un lieu de prière ou dans un cinéma ou dans un night-club'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.