Obama et Castro se saluent en ouverture du Sommet à Panama

Obama et Castro ouvrent une nouvelle ère dans leurs relations

Photo: Keystone

Les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro ont ouvert un nouveau chapitre des relations entre les Etats-Unis et Cuba. Ils ont prononcé des discours qui feront date lors d'un Sommet des Amériques voué à sceller leur rapprochement.

S'exprimant le premier devant une trentaine de ses pairs du continent, Barack Obama a affirmé que le rapprochement entre Washington et La Havane marquait 'un tournant' pour les Amériques: 'le fait que le président Castro et moi sommes assis ici aujourd'hui représente un événement historique'.

Dans une très longue allocution, son homologue cubain a ensuite salué la probité du président des Etats-Unis, le qualifiant d''homme honnête', dans la foulée d'un plaidoyer contre les ingérences des anciennes administrations dans les affaires cubaines et latino-américaines.

'Conversation' prévue

Selon la Maison-Blanche, les deux dirigeants doivent avoir une 'conversation' en marge des débats de samedi. Il s'agira du premier échange entre chefs d'Etat des Etats-Unis et de Cuba depuis 1956, cinq ans avant la rupture de leurs relations diplomatiques.

Ce sommet continental, réunissant 35 chefs d'Etat, s'est ouvert vendredi sur une poignée de main des deux hommes, qui ont échangé quelques mots devant les caméras.

Dix-huit mois de tractations

Après les discours, leur face à face très attendu doit consacrer le réchauffement annoncé au terme de 18 mois de tractations menées dans le plus grand secret, qui ont permis de tourner la page de plus d'un demi-siècle de conflit.

Au menu des discussions figurera certainement la reprise des relations diplomatiques, qui tardent à se concrétiser malgré trois séries de discussions de haut niveau à La Havane et Washington.

Le principal obstacle à la réouverture d'ambassades réside dans la mention de Cuba sur la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme, qui prive l'île d'une partie de l'aide internationale.

Embargo

Au-delà des relations diplomatiques, le chemin de la normalisation reste semé de nombreux points de contentieux, dont l'embargo total sur les transactions économiques et financières avec Cuba, imposé depuis 1962. Le président cubain a une nouvelle fois insisté samedi sur le fait que cette question 'doit être résolue'.

Son homologue des Etats-Unis avait peu avant rappelé avoir demandé au Congrès, contrôlé par les républicains et seul habilité à le faire, de travailler à la levée de cette mesure. Mais les deux chambres sont très partagées sur la question.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.