Plus de 1300 viols dans un seul Etat du Soudan du Sud en 2015

Plus de 1300 viols dans un seul Etat du Soudan du Sud en 2015

Photo: Keystone

Les violences sexuelles au Soudan du Sud ont été 'particulièrement choquantes' en 2015, révèle un rapport de l'ONU publié vendredi à Genève. Dans un seul Etat, plus de 1300 indications ont été enregistrées sur des viols, salaire de groupes proches du gouvernement.

Des groupes d'opposition et des criminels se sont également attaqués aux femmes, souligne le rapport de l'équipe d'évaluation dépêchée par le Haut Commissaire aux droits de l'homme d'octobre à janvier. Le nombre de viols et de viols collectifs annoncé est par ailleurs probablement largement inférieur au chiffre réel.

Cette situation des droits de l'homme est 'parmi les plus horribles dans le monde', estime le Haut Commissaire Zeid Raad Al Hussein. Le viol est utilisé comme arme de guerre.

Toujours en 2015, meurtres, déplacements forcés, destructions et pillages massifs se sont poursuivis. Les opposants se sont enfuis devant l'avancée des forces gouvernementales de la SPLA, laissant les civils sur place. Des soutiens présumés de l'opposition, dont des enfants et des handicapés, ont été abattus, brûlés, asphyxiés, pendus ou pire encore. Des femmes ont été enlevées et détenues comme esclaves sexuelles.

Gouvernement d'union attendu

Les abus contre les enfants ont aussi augmenté. Depuis le début du conflit, plus de 700 enfants ont été victimes de violences sexuelles, dont certains avaient neuf ans. Les parties au conflit ont aussi recruté des milliers d'enfants.

Et des membres de la société civile ou des défenseurs des droits de l'homme ont été tués. D'avril à octobre, treize humanitaires ont ainsi figuré parmi les victimes.

Depuis le déclenchement de la crise en 2013, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et plus de deux millions d'habitants ont été déplacés. Le gouvernement d'union nationale prévu par l'accord de paix signé en août n'a toujours pas été lancé.

Demande d'un mécanisme spécial

Les parties ont été responsables d'attaques délibérées contre des civils, de violences sexuelles, d'arrestations et de détentions arbitraires, d'enlèvements, de privations de liberté, de disparitions forcées. Elles ont aussi ciblé les représentants de l'ONU.

Les combattants attaquent, puis se retirent avant de mener une nouvelle offensive. Certains des abus les plus graves ont eu lieu en 2014 à Bentiu et Rubkona (nord), où des groupes armés proches de l'opposition ont tué des centaines de civils. Par ailleurs, des amnisties et l'immunité empêchent de véritables procès.

Le rapport demande au Conseil des droits de l'homme d'instaurer un mécanisme spécifique sur le Soudan du Sud. Il appelle le prochain gouvernement d'union nationale de mettre un terme aux violences sexuelles et contre les enfants et de respecter par ailleurs la société civile.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.