Plus de 5000 réfugiés bloqués à la frontière gréco-macédonienne

La frontière gréco-macédonienne a été rouverte à Idomeni

Photo: Keystone

Le point de passage à Idomeni, dans le nord de la Grèce, a été rouvert samedi en début d'après-midi. Plus de 5000 migrants y étaient bloqués au lendemain de la décision de quatre pays des Balkans d'instaurer des nouveaux quotas.

'Cette situation sera réglée d'ici 15 jours', a assuré samedi le ministre grec de la Politique migratoire Yiannis Mouzalas, précisant que le gouvernement entendait installer des 'camps provisoires à travers le pays' pouvant abriter jusqu'à 2000 à 3000 personnes.

Ce blocage des migrants est intervenu après la décision de la Macédoine, il y a une semaine, de fermer sa frontière aux Afghans. Elle exige en outre des Syriens et Irakiens des papiers d'identité en plus du laissez-passer délivré dans les centres d'enregistrement grecs.

Le point de passage d'Idomeni a été néanmoins totalement fermé dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a ensuite rouvert samedi en début d'après-midi, selon la police grecque.

Emboîter le pas à l'Autriche

La Slovénie et la Croatie, membres de l'UE, ainsi que la Serbie et la Macédoine ont annoncé vendredi limiter à 580 le nombre quotidien d'hommes, de femmes et d'enfants transitant vers l'Europe du Nord. Ces pays des Balkans ont emboîté le pas à l'Autriche qui a décidé il y a plus d'une semaine de limiter l'entrée des migrants sur son territoire à 80 demandeurs d'asile par jour, et à 3200 personnes en transit.

Outre Idomeni, quelque 800 personnes étaient aussi bloquées dans un camp provisoire grec, situé à 20 km du poste-frontière. Seuls 150 réfugiés avaient pu traverser la frontière macédonienne jeudi avant la fermeture d'Idemoni, selon les autorités grecques. Le nombre total de migrants et réfugiés sur le sol grec s'élève actuellement à 20'000 personnes, selon les services de M. Mouzalas.

Tensions sur le terrain

Cette situation ont entraîné des tensions à Idomeni où quelque 400 réfugiés ont protesté samedi matin, exhortant les autorités macédoniennes à les laisser passer. Quelque 200 autres personnes ont également manifesté samedi devant l'ambassade d'Autriche à Athènes, scandant 'Ouvrez les frontières', et ou encore 'Arrêtez la guerre' en Syrie, a constaté un journaliste de l'AFP.

'Nous faisons face à une crise humanitaire que d'autres ont provoquée', a déclaré M. Mouzalas dans une interview à la radio Sto Kokkino, précisant que les camps que la Grèce prévoit d'installer 'doivent répondre aux besoins élementaires' des migrants 'pour une durée limitée'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.