Plusieurs faubourgs d'Alep pris pour cible

Plusieurs faubourgs d'Alep pris pour cible

Photo: Keystone

Plusieurs faubourgs de la ville syrienne d'Alep ont été touchés par des bombardements des forces du régime et des rebelles dans la nuit de mardi à mercredi. La trêve temporaire est censée expirer mercredi soir.

Des raids de l'aviation du régime ont notamment frappé des positions rebelles dans deux quartiers situés à l'est de la 2e ville de Syrie. Des tirs d'artillerie ont par ailleurs fait au moins deux blessés dans deux autres faubourgs, a constaté un correspondant de l'AFP.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a relevé de son côté 'de nombreuses frappes aériennes ayant visé quatre quartiers situés dans le nord d'Alep' et des tirs de mortier sur deux zones contrôlées par le régime. Ils ont 'coïncidé avec le bombardement de plusieurs quartiers rebelles dans l'est d'Alep', a précisé l'ONG.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a pour sa part indiqué qu'une personne avait été tuée par les tirs de combattants d'un 'groupe terroriste' dans un quartier contrôlé par le régime.

Le cessez-le-feu instauré en Syrie le 27 février sous l'égide de la Russie et des Etats-Unis avait volé en éclats fin avril à Alep avec la reprise de violents combats qui ont déjà fait quelque 300 morts. Une nouvelle trêve temporaire entre les forces gouvernementales et les groupes rebelles a été instaurée la semaine dernière, avant d'être prolongée jusqu'à ce mercredi à 23h00 (heure suisse).

L'EI contre-attaque

Dans le centre de la Syrie, le groupe Etat islamique (EI) a coupé mardi une route stratégique d'approvisionnement entre la ville de Homs et Palmyre, quelques semaines après la reprise par l'armée de la cité antique. Cette route était toujours coupée mercredi matin et de violents combats opposaient les forces du régime à l'EI, a indiqué l'OSDH.

Il s'agit de la plus forte attaque lancée par l'EI dans cette région depuis la perte de Palmyre face au régime soutenu par la Russie, fin mars, a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. Elle démontre que les djihadistes restent capables de contre-attaquer et que le régime de Damas n'a pas les effectifs suffisants pour contrôler la totalité du terrain sans l'appui de l'aviation russe.

Les combattants de l'EI sont positionnés à 40 km à l'ouest de Palmyre, à 25 km à l'est, à 10 km au nord et à 12 km au sud, selon l'OSDH.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.