Pour frapper en Syrie, il faut convaincre les députés (Cameron)

Pour frapper en Syrie, il faut convaincre les députés (Cameron)

Photo: Keystone

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré lundi vouloir que le Royaume-Uni mène des frappes aériennes contre l'Etat islamique (EI ou EIIL) en Syrie. Il a cependant ajouté qu'il restait à convaincre les députés de soutenir ce genre d'action.

Le Royaume-Uni participe à des bombardements contre l'EI en Irak, mais le Premier ministre n'a pu obtenir du Parlement l'extension de ces actions à la Syrie.

'J'ai toujours dit que je pense qu'il est sensé que nous devrions (le faire) - l'EIIL ne reconnaît pas de frontière entre l'Irak et la Syrie et nous ne devrions pas non plus -, mais il faut que j'élabore mes arguments, que j'aille au Parlement, que je convainque plus de gens', a déclaré David Cameron sur une station de radio de la BBC.

'Nous n'organiserons pas ce vote avant de constater que le Parlement est susceptible d'approuver cette action, parce qu'échouer sur cela serait préjudiciable (...) pour notre pays et sa réputation dans le monde.'

David Cameron a toutefois précisé qu'il agirait directement si les intérêts britanniques étaient en jeu. Il a rappelé que l'armée de l'air britannique avait frappé en Syrie en septembre dernier pour tuer deux Britanniques qui combattaient pour l'EI et préparaient des attentats sur le sol britannique.

Mouvements réduits

De lourdes frappes aériennes qui sont, semble-t-il, celles menées par la France, ont touché deux camps d'entraînement de l'Etat islamique et ce qui apparaît être un dépôt d'armes dans la ville de Rakka en Syrie et ses alentours, a annoncé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Plus de 30 explosions ont été entendues dans le secteur de Rakka, le fief de l'Etat islamique, a précisé Rami Abdoulrahman, directeur de l'OSDH. On ne peut pas dire dans l'immédiat si toutes les explosions entendues ont été causées par des frappes aériennes.

L'EI restreint ses mouvements à l'intérieur de la ville, ce qui rend difficile la collecte d'information sur d'éventuelles victimes, a précisé Rami Abdoulrahman.

La France a annoncé dimanche soir avoir mené sur le secteur de Rakka son raid le plus massif jusqu'ici en Syrie, deux jours après les attentats de Paris revendiqués par l'EI

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.