Poursuite des tensions entre les migrants et la police à Lesbos

L'afflux de réfugiés vers l'Europe s'accélère encore. Selon le HCR, 30'000 réfugiés sont massés sur les îles grecques en attendant de partir vers l'Union européenne et un record de 7000 migrants est arrivé lundi en Macédoine.

Quelque 20'000 réfugiés se trouvent notamment sur l'île de Lesbos, proche de la Turquie, a annoncé mardi à Genève la porte-parole du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), Melissa Fleming. Et 4000 à 5000 migrants se trouvent sur l'ile de Kos, a-t-elle précisé, évoquant 'une nette augmentation de ces chiffres'. Elle a évalué à 'quelques milliers chaque jour' les arrivées dans les îles grecques.

Lundi soir, de nouvelles tensions avaient opposé des migrants et la police à Lesbos. Des policiers équipés de matraques ont dû lutter pour contrôler une foule de quelque 2500 migrants qui attendaient de pouvoir embarquer sur un ferry pour Athènes affrété spécialement par le gouvernement grec.

Les policiers, assistés par des gardes-côtes, ont eu du mal à contenir la foule, alors que les migrants poussaient vers l'avant, voulant désespérément monter à bord du navire pour continuer leur périple vers l'ouest de l'Europe.

Selon le ministre grec à la politique migratoire, Iannis Mouzalas, 'la situation est réellement au bord de l'explosion' à Lesbos, une île de 85'000 habitants située dans le nord-est de la mer Egée, près des côtes turques. Elle est devenue une des premières étapes du périple européen des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants fuyant les conflits et la pauvreté.

Appel du HCR aux Européens

Le HCR a par ailleurs salué les offres de la Grande-Bretagne et de la France pour l'accueil de réfugiés syriens, s'ajoutant à la réponse généreuse de l'Allemagne. Mais davantage de pays européens doivent prendre part à l'accueil d'au moins 200'000 réfugiés, a affirmé Mme Fleming.

Dans ce contexte, le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a affirmé lundi soir que son pays est en mesure d'accueillir un demi-million de réfugiés par an à moyen terme. Le pays s'attend à recevoir 800'000 demandes d'asile cette année, quatre fois plus qu'en 2014.

'Nous ne pouvons pas accepter chaque année près d'un million de personnes et les intégrer sans problème', a-t-il expliqué. Sigmar Gabriel s'est dès lors dit convaincu 'que la politique européenne doit changer', les Etats européens ne parvenant pas à trouver une réponse coordonnée pour répondre à la crise migratoire engendrée par les guerres et la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.