Quatorze ans de prison pour deux militaires russes présumés

Quatorze ans de prison pour deux militaires russes présumés

Photo: Keystone

La justice ukrainienne a condamné lundi à quatorze ans de prison deux militaires russes présumés pour avoir combattu aux côtés des séparatistes prorusses en Ukraine. Cela ouvre la voie à un éventuel échange avec la pilote ukrainienne emprisonnée en Russie.

Cet échange 'sera possible après l'application du verdict' pour les deux hommes. Cela devrait prendre normalement dix jours ouvrables, a précisé à la presse un avocat russe de la pilote Nadia Savtchenko, après l'énoncé.

En cas d'accord politique entre Kiev et Moscou, cette question pourrait même être réglée plus tôt, a affirmé l'avocat Ilia Novikov.

Le jury, composé de trois juges, a reconnu le capitaine Evgueni Erofeïev et le sergent Alexandre Alexandrov 'coupables' d'avoir mené 'une guerre d'agression' contre l'Ukraine et d'avoir commis un 'attentat terroriste', a annoncé un des magistrats dans la salle d'audience, en présence des médias. Le parquet militaire avait requis 15 ans de prison.

Soldats de renseignement

Ils avaient été capturés le 16 mai 2015 dans la région de Lougansk, une des deux 'capitales' séparatistes, après avoir été blessés par des tirs sur la ligne de front lors d'un affrontement avec des soldats ukrainiens, au cours duquel un Ukrainien avait été tué.

Sur une vidéo de leur interrogatoire diffusée par Kiev peu après, ils indiquaient être entrés en territoire ukrainien un mois auparavant avec environ 200 autres militaires russes pour effectuer des missions de renseignement, en soutien aux troupes rebelles qui affrontent les forces de Kiev.

Les Ukrainiens assurent que les deux hommes sont des soldats d'active du GRU, le service de renseignement de l'armée russe, une preuve, selon Kiev, de la présence de troupes russes dans la zone de conflit dans l'est du pays.

Moscou, qui dément tout déploiement de son armée en Ukraine et ne reconnaît que la présence de 'volontaires' russes partis combattre de leur plein gré, assure qu'ils avaient quitté l'armée russe en décembre 2014, plusieurs mois avant de venir en Ukraine.

Les deux hommes avaient déclaré à la presse et aux observateurs de l'OSCE être des soldats d'active peu après leur arrestation avant de revenir sur leur propos plus tard.

Pilote en grève

La soeur et la mère de la pilote d'hélicoptère Nadia Savtchenko, devenue héroïne nationale dans son pays et dont l'affaire a été dénoncée comme politique par Kiev et l'Occident, étaient présentes dans la salle d'audience au moment de l'énoncé du jugement.

Nadia Savtchenko, qui combattait les séparatistes prorusses au sein d'un bataillon de volontaires controversé, purge en Russie une peine de 22 ans de prison pour complicité dans le meurtre de deux journalistes russes dans l'est séparatiste de l'Ukraine. Elle est en grève de la faim et de la soif depuis début avril et, selon ses proches, son état est très grave.

Echange possible

Le président ukrainien Petro Porochenko s'était récemment dit prêt à échanger les deux Russes contre Mme Savtchenko.

Son homologue russe Vladimir Poutine a pour la première fois admis jeudi dernier que des négociations étaient en cours sur le sort de la pilote sans préciser contre qui elle pourrait être échangée. 'Nous sommes en contact à ce propos avec les autorités ukrainiennes', a-t-il simplement déclaré.

Tensions

Le procès de ces deux Russes aura été entouré de drames. En mars, l'avocat ukrainien de M. Alexandrov, Iouri Grabovski, a été retrouvé assassiné dans le centre de l'Ukraine. Deux suspects ont été arrêtés, selon le parquet militaire ukrainien, mais leurs motifs restent peu clairs.

Le bureau d'un juge impliqué dans le procès des deux Russes a par ailleurs été visé début avril par des cocktails Molotov qui y ont provoqué un petit incendie, sans pour autant endommager les documents relatifs à leur dossier.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.