Tchad: au moins 27 tués dans plusieurs attaques à N'Djamena

Tchad: au moins 27 tués dans plusieurs attaques à N'Djamena

Photo: Keystone

Au moins vingt-sept personnes ont péri lundi dans plusieurs attaques visant la police à N'Djamena, la capitale tchadienne. Le gouvernement a attribué les attentats à Boko Haram et a promis de neutraliser les djihadistes.

Quatre membres présumés de Boko Haram figurent parmi les tués, a annoncé le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement tchadien, Hassan Sylla Bakari. Le mouvement islamiste nigérian sera neutralisé, a-t-il ajouté sur l'antenne de la télévision nationale.

Le Tchad participe à l'offensive lancée contre Boko Haram au Nigeria et se trouve en première ligne de la lutte contre les islamistes de la bande sahélienne. La France y a établi le quartier général de son opération Barkhane.

Une des sources sécuritaires a fait état du décès de sept personnes dans une première attaque-suicide contre le commissariat central de la capitale et de 35 personnes dans un attentat à l'explosif à l'école de police. Selon le ministre, le bilan total est d'au moins 27 tués.

La France condamne

Un responsable de la police et des témoins ont également fait état de blessés dans les deux attaques, les premières du genre à frapper la capitale tchadienne.

Après ce double attentat, de nombreuses forces de sécurité se sont déployées dans la ville, où les mesures de sécurité avaient été considérablement renforcées depuis plusieurs mois face à la menace d'attaques de Boko Haram.

Le président Idriss Déby Itno était attendu dans la journée à N'Djamena de retour d'Afrique du Sud où il a participé au sommet de l'Union africaine (UA), selon une source officielle.

La France a rapidement condamné ces attaques meurtrières et assuré le Tchad de son 'soutien dans la lutte contre le terrorisme', dans une déclaration du ministère des Affaires étrangères.

Après le Mali, le président Déby a engagé son armée en février au Nigeria contre les islamistes de Boko Haram, dont le chef Abubakar Shekau a menacé à plusieurs reprises de s'en prendre aux intérêts tchadiens.

Force régionale

Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun et Bénin ont convenu le 11 juin lors d'un sommet à Abuja de mettre sur pied une force régionale dans le but de mieux lutter contre Boko Haram, désormais affilié au groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Cette MNJTF (selon son acronyme anglais), forte de 8700 hommes, aura son quartier général à N'Djamena, sous commandement nigérian.

Selon des sources militaires tchadiennes, environ 5000 soldats tchadiens sont engagés dans la lutte contre Boko Haram. En avril, N'Djamena avait déploré le décès de 71 soldats dans le cadre de cette opération.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.