USA: fin du couvre-feu, la Garde nationale se retire de Baltimore

USA: fin du couvre-feu, la Garde nationale se retire de Baltimore

Photo: Keystone

La Garde nationale américaine dépêchée à Baltimore aux Etats-Unis, après les émeutes liées à la mort d'un jeune Afro-Américain, a commencé à se retirer de la ville. Un peu plus tôt dimanche, le couvre-feu nocturne imposé depuis mardi a été levé par les autorités.

'Nous avons commencé à retirer la Garde nationale, les camions s'en vont. Ca va prendre dans les deux jours pour que tout le monde s'en aille. On va essayer de revenir à la normale le plus rapidement possible', a déclaré le gouverneur du Maryland Larry Hogan.

Jusqu'à 3000 soldats de la Garde avaient été déployés au côté d'un millier de policiers supplémentaires des Etats du Maryland, de Pennsylvanie et du New Jersey. La ville de Baltimore est secouée par des émeutes depuis lundi dernier, jour des funérailles de Freddy Gray, un Afro-Américain de 25 ans décédé après son interpellation par la police.

Levée immédiate

Peu avant l'annonce du gouverneur Hogan, la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, avait annoncé sur Twitter la levée immédiate du couvre-feu nocturne instauré dans sa ville au lendemain des émeutes. 'Mon but a toujours été de ne pas prolonger le couvre-feu d'un jour de plus que nécessaire', a-t-elle expliqué.

'Ma priorité était d'assurer la sécurité, la paix, la santé et le bien-être des habitants de Baltimore. Ça n'a pas été une décision facile à prendre, mais que j'ai estimée nécessaire pour aider à restaurer le calme', a poursuivi l'édile dans un communiqué. Chaque soir, les habitants de la ville portuaire étaient priés de rester chez eux, sauf pour des raisons professionnelles et médicales.

Sans couvre-feu, Baltimore devait observer dimanche une journée de prière et de réconciliation à l'appel précisément du gouverneur du Maryland. Un rassemblement à l'initiative de leaders religieux de toutes confessions devait avoir lieu devant l'hôtel de ville.

Manifestation avec la maire

Samedi soir, plusieurs milliers de personnes étaient encore descendues dans les rues de la ville, où la colère suscitée par la mort le mois dernier de Freddie Gray s'est transformée en espoir de changement après l'inculpation de six policiers. De nombreux orateurs et manifestants ont d'ailleurs réclamé la fin du couvre-feu.

La puissante association de défense des libertés Aclu du Maryland a même enfoncé le clou en jugeant cette mesure inutile: les habitants ont 'marché, manifesté et exercé leurs droits sans incident. Le couvre-feu est une mesure extraordinaire qui a clairement montré qu'il n'était plus utile (...) et ne fait que créer, sans nécessité aucune, tension et hostilité', a déclaré l'association.

La manifestation de samedi était partie du quartier où Freddie Gray avait été arrêté le 12 avril. Le mouvement s'est dirigé ensuite vers la place de l'hôtel de ville où la procureure Marilyn Mosby avait annoncé la veille les inculpations des six policiers. Même la maire, la plupart du temps absente des manifestations, s'est mêlée à la foule près du carrefour de Baltimore Ouest.

Arrestations régulières

Chaque soir après 22h00 locales, au moment de son instauration, le couvre-feu était régulièrement violé par des petits groupes de jeunes renâclant à rentrer chez eux. La police a d'ailleurs procédé à quelques dizaines d'arrestations chaque soir.

Dimanche, un journaliste de la radio locale WBAL s'est amusé à rapporter sur Twitter la remarque d'un patron de bar de Baltimore comparant cette levée du couvre-feu à la fin de la 'Prohibition', quand l'alcool était interdit aux Etats-Unis entre 1920 et 1933.

Six policiers (trois Blancs et trois Afro-Américains) ont été inculpés vendredi en relation avec l'affaire Freddie Gray, dont l'un pour meurtre. Décédé le 19 avril, une semaine après son arrestation, le jeune homme avait été victime d'une grave blessure au cou après avoir été menotté mains dans le dos dans un fourgon de police.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.