Vague de violences: Israël renforce la répression

Vague de violences: Israël renforce la répression

Photo: Keystone

Les forces de l'ordre israéliennes ont commencé à établir des barrages autour des quartiers arabes de Jérusalem-est mercredi. Tel Aviv espère ainsi enrayer la vague de violences qui secoue le pays. Des responsables palestiniens ont fustigé une 'punition collective'.

L'opération n'a pas empêché un Palestinien de tenter de poignarder un policier israélien à l'entrée de la vieille ville de Jérusalem, a annoncé la police, qui a précisé que l'assaillant avait été mis à mort.

Un peu plus tard, un homme a poignardé et grièvement blessé une femme près de la gare routière de Jérusalem, avant d'être 'neutralisé' par balles par la police, a indiqué cette dernière. Elle a décrit l'agresseur comme un 'terroriste' arabe, ce qui fait généralement référence à un Palestinien dans le langage des forces de l'ordre israéliennes.

Les Israéliens se ruent sur les armes à feu

A l'issue d'une réunion du cabinet de sécurité qui s'est achevée dans la nuit, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné son feu vert au bouclage de Jérusalem-est, dont étaient originaires la plupart des auteurs des attaques.

Au total sept Israéliens et 31 Palestiniens, dont huit enfants, ont été tués depuis le début de la vague de violences il y a deux semaines, sur fond de tensions autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. Les attaques au couteau se sont multipliées ces derniers jours, alors que les Israéliens se ruent sur les armes à feu.

Révocation du droit de résidence

Devant cette flambée que rien ne semble arrêter, Benjamin Netanyahu a ordonné le déploiement de soldats supplémentaires sur les principales routes du pays, en particulier le long du mur qui sépare la Cisjordanie occupée du territoire israélien.

Il a aussi donné son feu vert à la révocation du droit de résidence accordé aux Palestiniens soupçonnés de 'terrorisme' et à la destruction des maisons des auteurs d'attaques, assortie d'une interdiction de reconstruire et de la saisie de leurs biens.

Au total 19 Palestiniens vont d'ores et déjà être déchus de leur titre de résidence à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël, ont annoncé deux ministres. Les corps des auteurs d'attaques ne seront en outre plus restitués à leur famille.

Hamas: la résistance continuera

'Les décisions du gouvernement (israélien) ne mettront pas fin à l'intifada. Les peuples qui résistent ne craignent pas les nouvelles restrictions sécuritaires', a réagi Houssam Badrawn, porte-parole du Hamas.

Selon certains commentateurs israéliens et les observateurs, l'isolement total des quartiers arabes risque d'attiser la violence, en plus d'être moralement et politiquement contestable.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.