Venezuela: les signatures pour un référendum anti-Maduro validées

Venezuela: les signatures pour un référendum anti-Maduro validées

Photo: Keystone

Les autorités électorales vénézuéliennes ont validé mardi la majorité des 1,8 million de signatures présentées par l'opposition en faveur d'un référendum. Celui-ci vise à révoquer le président Nicolas Maduro.

Lors d'une réunion avec la coalition de la Table pour l'unité démocratique (MUD), majoritaire au Parlement, le Conseil national électoral (CNE) a validé 1,3 million de signatures, a annoncé l'opposition. Un minimum de 200'000 signatures était requis pour enclencher le processus. L'annonce marque le premier pas d'un long processus pouvant mener à de nouvelles élections.

'Nous avons les signatures, nous en avons six fois plus que nécessaire pour activer le référendum révocatoire', s'est félicité devant la presse le porte-parole de la MUD, Jesus Torrealba.

Contre-la-montre

Désormais, les signataires ou une partie d'entre eux devront confirmer, en personne et avec leur empreinte digitale, leur choix, selon une procédure qui sera détaillée mercredi par le CNE, a expliqué M. Torrealba. Il faudra ensuite réunir quatre millions de signatures en trois jours pour avoir le droit d'organiser le référendum.

L'opposition de centre-droit est engagée dans un contre-la-montre, car si cette consultation a lieu d'ici le 10 janvier 2017, elle peut provoquer de nouvelles élections. Sinon, M. Maduro serait simplement remplacé par son vice-président.

'La lutte continue'

Ce premier feu vert est survenu au terme d'une nouvelle journée de protestation de l'opposition. La police a dispersé avec des gaz lacrymogènes une manifestation à Caracas se dirigeant vers les bureaux du CNE pour exiger le référendum.

'Lâches', 'Vous aussi vous avez faim', 'Traîtres', ont crié les manifestants aux policiers et certains ont ponctué leurs mots par des jets de pierres. Les protestataires avaient déjà défilé lundi dans plusieurs villes du pays.

'Nous ne sommes pas fatigués, la lutte continue', a déclaré à la presse l'ancien candidat à l'élection présidentielle Henrique Capriles, menant des manifestants. L'opposition a appelé à plusieurs reprises, ces dernières semaines, la rue à se mobiliser pour faire pression sur les autorités en faveur de ce référendum.

Implosion

Le Venezuela est au bord de l'implosion, déchiré par la guerre politique entre le Parlement d'opposition et le gouvernement socialiste. Le tout dans un climat d'exaspération populaire lié à l'effondrement économique du pays pétrolier.

Sept habitants sur dix souhaitent le départ du président socialiste, élu jusqu'en 2019. La mobilisation semble jusqu'à présent toutefois limitée par l'imposant déploiement policier, les soucis d'un quotidien accaparé par la recherche de nourriture et les divisions de l'opposition.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.