Vent de fronde contre le Premier ministre Tony Abbott

Vent de fronde contre le Premier ministre Tony Abbott

Photo: Keystone

En difficulté dans les sondages et contesté par une partie de ses troupes, le Premier ministre australien Tony Abbott va se soumettre la semaine prochaine à un vote interne de révocation. La procédure est réclamée par des députés de sa majorité.

Elle a été enclenchée vendredi par Luke Simkins, élu du Parti libéral d'Abbott à la Chambre des représentants, la chambre basse du Parlement.

Dans un courrier adressé aux autres parlementaires de la majorité, et révélé par l'Australian Broadcasting Corporation, M. Simkins dit être 'inondé de messages' de ses administrés qui le pressent de questions sur la direction suivie par le gouvernement. Il demande donc un vote sur le leadership d'Abbott.

Le chef du gouvernement, au pouvoir depuis septembre 2013, a annoncé à la presse qu'il se battrait pour mettre les frondeurs en échec. 'Nous ne sommes pas le Parti travailliste et nous ne reproduirons pas le chaos et l'instabilité des années travaillistes', a-t-il dit dans une déclaration à la presse, allusion aux crises internes à répétition qui ont conduit à la défaite du Parti travailliste.

Tony Abbott a ajouté qu'il s'était entretenu avec la numéro deux du parti et ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop. 'Nous serons unis pour mettre en échec cette motion (...) et pour voter en faveur de la stabilité et de l'équipe que le peuple a porté au pouvoir lors des élections de septembre 2013', a-t-il poursuivi.

Cité par le Sydney Morning Herald, le chef du groupe libéral au Parlement, Philip Ruddock, avait indiqué auparavant que le vote de la motion serait inscrite à l'ordre du jour de la réunion du Parti libéral mardi prochain à Canberra.

52 voix à obtenir

Pour aboutir au renvoi du Premier ministre, la motion devra obtenir les voix d'au moins 52 des 102 cadres fédéraux du Parti libéral appelés à voter à bulletins secrets. Si M. Abbott est mis en minorité, il sera le troisième Premier ministre australien à être limogé à la suite d'une fronde parlementaire depuis 2010, après les travaillistes Kevin Rudd et Julia Gillard.

Aucun de ses ministres ne s'est officiellement déclaré pour l'heure, mais les médias australiens estiment que le ministre des Communications Malcolm Turnbull et la ministre des Affaires étrangères Julie Bishop pourraient briguer sa succession.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.