Lourdes peines requises contre quatre prévenus

Quatre prévenus, dont trois frères, comparaissent depuis mercredi matin devant le Tribunal de Porrentruy. Ils sont accusés de divers délits : des brigandages qualifiés et des vols, en passant par des agressions, un incendie intentionnel et des infractions aux lois fédérales sur les stupéfiants, les armes, les étrangers et la circulation routière. Les faits ont été commis entre 2012 et 2013 dans le canton du Jura, mais aussi dans le Jura bernois et dans d’autres régions de Suisse.

Entre trois ans et demi et six ans de prison

Les prévenus ont été auditionnés en matinée. Ils sont restés flous et contradictoires dans leurs propos. L'après-midi, lors de son réquisitoire, la procureure a souligné l’absence totale de prise de conscience et celle d’excuses de la part des accusés. Pour le Ministère public, les malfrats ont planifié et exécuté minutieusement leurs actes, et ont parfaitement choisi leurs cibles, comme des professionnels. Séverine Stalder a parlé de brigandages aggravés commis par une bande qui aurait poursuivi ses actions si elle n’avait pas été interpellée. Conséquence: les peines demandées sont lourdes, soit 6 ans, 4 ans deux fois et 3 ans et demi de prison ferme. La procureure demande aussi l’arrestation immédiate des trois frères, car aucun ne possède le passeport suisse.

Séverine Stalder a encore mis en avant le risque de récidive des quatre accusés, qui ont agi par appât du gain. Des accusés qui ont par ailleurs tous des antécédents judiciaires, dont un qui a été condamné pour tentative de meurtre. Des accusés, enfin, qui ne se sont pas bien comportés durant la procédure, selon le Ministère public.

Le grand écart

Du côté de la défense, c'est le grand écart. Deux plaidoiries sur quatre ont été prononcées ce mercredi, alors que les deux autres le seront jeudi matin. La procureure a requis 6 ans de réclusion pour le cas qu’elle a jugé le plus grave. L’avocat Gwenaël Ponsart a lui demandé 10 mois avec sursis pendant deux ans. Deuxième cas : le Ministère public a réclamé 4 ans de prison ferme contre celui qu’il estime être le leader de la bande. L’avocat Hubert Theurillat a lui plaidé pour 1 an avec sursis pendant cinq ans.

La défense estime que le réquisitoire de la procureure est sévère. Elle conteste notamment le degré de gravité des actes commis par les prévenus, mais aussi le manque de certaines preuves. Pour Hubert Theurillat, par exemple, son client n’est pas sujet dangereux, ni un professionnel. Il parle de délinquant bas de gamme.

La suite du procès est donc au programme jeudi matin. /rch

Partager
Link
Météo